La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 102,31
    +514,65 (+1,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 140,09
    +108,41 (+0,83 %)
     
  • Nikkei 225

    27 448,01
    -699,50 (-2,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2086
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    27 718,67
    -512,37 (-1,81 %)
     
  • BTC-EUR

    39 744,97
    -5 458,96 (-12,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 291,40
    -96,51 (-6,95 %)
     
  • S&P 500

    4 120,40
    +57,36 (+1,41 %)
     

Face à l'inflation, industriels et distributeurs accusent le coup

·2 min de lecture

SÉRIE INFLATION (3/6) - Dans ce troisième épisode de notre série, pourquoi les industriels et les distributeurs souffrent de l'inflation.

"Jamais nous n'avions connu un phénomène aussi brutal, c'est historique." Hugues de Rouville, le directeur du sourcing de Poclain, leader mondial des pompes hydrauliques, s'étonne encore de la rapidité avec laquelle les matières premières industrielles ont vu leur cours s'envoler. Acier, cuivre, aluminium, bronze ou laiton continuent leur progression de 10 à 40 % sur un an, à fin mars. L'acier galvanisé a carrément pris 100 % en six mois. "Tout s'est joué en quelques semaines" , confirme Jean-Louis Denoyer, le patron d'une PME de matériel de découpes, installée en Haute-Saône qui est parvenu à répercuter l'intégralité de ce surcoût à ses clients. Mais tous n'ont pas cette possibilité.

"Les grands groupes disposent d'une puissance d'achat et d'outils de couverture qui leur permettent de faire face à cette situation, c'est forcément plus compliqué pour les PME" , constate Philippe Chalmin, coordinateur du Cyclope, la bible des matières premières. Ce n'est pas tant PSA, ni Valeo qui sont en difficulté mais les nombreux sous-traitants. "Nous avons tiré la sonnette d'alarme les premiers en alertant, début février, le gouvernement sur le risque inflationniste et les difficultés d'approvisionnement" , souligne Philippe Contet, le directeur général de la Fédération des industries mécaniques.

Lire aussi

Car si les prix des matières premières s'enflamment, c'est d'abord parce qu'il en manque. La demande asiatique a explosé suite au premier confinement et certaines usines comme les hauts-fourneaux tournent toujours au ralenti. Conséquences : les délais de livraison de produits bruts ou transformés sont parfois multipliés par trois voire six."Nous n'arrivons pas à trouver d'acier trempé, on nous annonce une première livraison dans 32 semaines", témoigne Jean-Louis Denoyer.

Tous les secteurs industriels sont touchés. Au point que certaines usines envisagent déjà un recours au chômage partiel. Tout est bon à prendre pour trouver de la matière première : "Nous avons demandé à Berc[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi