La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1322
    +0,0110 (+0,99 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 283,85
    +451,09 (+0,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3342
    +0,0022 (+0,16 %)
     

F-35 en Espagne: le SCAF risque-t-il le crash?

·2 min de lecture

Madrid envisagerait la commande de 50 F-35 de l’américain Lockheed Martin. Un contrat serait un énorme coup dur pour le projet d’avion de combat SCAF, lancé par la France, l’Allemagne et l’Espagne.

Le F-35 va-t-il continuer sa razzia en Europe? Après le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l’Italie, la Pologne, le Danemark, et la Suisse, l’Espagne pourrait rejoindre le club des clients européens du chasseur de Lockheed Martin. Selon des indiscrétions obtenues par Gareth Jennings, spécialiste de l’aviation militaire chez Jane’s, à la International Fighter Conference de Londres, Madrid serait en discussions avec les Etats-Unis pour une commande potentielle de 50 F-35, dont 25 en version décollage vertical pour la marine (F-35B) et 25 en version traditionnelle pour l’armée de l’air (F-35A). Le contrat pourrait être passé en 2025, pour de premières livraisons en 2027, indique Jane’s. Madrid remplacerait ainsi à la fois ses vieux F-18 et les chasseurs à décollage vertical Harrier de la marine espagnole.

Cet intérêt espagnol pour le chasseur de Lockheed Martin interroge. Au-delà de la confirmation de la , régulièrement dénoncée par le patron de Dassault Aviation Eric Trappier, une commande espagnole de F-35 serait aussi un choc majeur pour le . L’idée de ce projet est de développer, d’ici à 2040, un système de combat aérien intégré (chasseurs, drones d’accompagnement, reliés par un "cloud de combat"), qui puisse succéder au Rafale et à l’Eurofighter Typhoon. Objectif: éviter de dépendre à 100% d’avions de combat américains qui inondent le marché européen, en l’occurrence… le F-35.

Après des mois d’atermoiements, de retards et de guerre des nerfs franco-germano-espagnoles sur le partage des tâches, Paris, Berlin et Madrid étaient arrivés à un accord sur les prochaines phases du programme, dites 1B et 2, . Fin août, les trois pays paraphaient un accord intergouvernemental qui actait 8 milliards d’euros d’investissements pour aller jusqu’au vol d’un premier démonstrateur en 2027. Les contrats avec les industriels, Dassault et Airbus en tête, devaient suivre les semaines suivantes. Ils n’ont toujours pas été signés à ce jour.

Le précédent allemand

L’intérêt espagnol pour le F-3[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Derrière l’accord sur le SCAF, la grande fissure franco-allemandeAvion de combat SCAF: le vrai-faux accord franco-germano-espagnolRafale battu par le F-35: l’autre déroute suisse de la FranceMalgré le camouflet F-35, la France achète des avions suissesFaut-il saborder l'avion de combat franco-allemand SCAF, difficilement copiloté par Dassault et Airbus?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles