Marchés français ouverture 7 h 24 min
  • Dow Jones

    35 741,15
    +64,13 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    15 226,71
    +136,51 (+0,90 %)
     
  • Nikkei 225

    28 600,41
    -204,44 (-0,71 %)
     
  • EUR/USD

    1,1614
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    26 132,03
    +5,10 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    54 269,30
    +1 424,15 (+2,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 502,82
    +1 260,14 (+519,26 %)
     
  • S&P 500

    4 566,48
    +21,58 (+0,47 %)
     

Féminicide à Mérignac : des sanctions contre les policiers

·1 min de lecture

Chahinez Daoud, une femme de 31 ans, mère de trois enfants, est morte mardi 4 mai 2021 à Mérignac, près de Bordeaux (Gironde), après avoir été brûlée vive par son mari dont elle était séparée. Le drame aurait-il pu être évité ? D'après les informations dévoilées par France Inter le lundi 27 septembre 2021, un nouveau rapport de l’Inspection générale de la police nationale conclut à une "succession de fautes professionnelles et des erreurs d’appréciation" qui ont participé au fait que le meurtrier soit toujours en mesure d’agir. Et pour cause, Chahinez Daoud s'était rendue au commissariat le 15 mars 2020 pour signaler des violences conjugales et porter plainte contre son mari qui avait déjà été condamné à de la prison pour les mêmes faits. Seulement voilà, il était sorti de l'établissement pénitentiaire en décembre 2020, sans que cette dernière ne soit prévenue de sa libération. Et quelques semaines avant semaine avant son assassinat, la jeune femme était venue dénoncer une nouvelle agression de son conjoint en expliquant qu’il l’avait frappée, séquestrée et avait tenté de l’étrangler. Seulement voilà, elle avait été reçue par un gardien de la paix, qui, lui-même venait d'être condamné, à huit mois de prison avec sursis probatoire pour "violences intra-familiales". Et sa fiche n'avait ainsi pas été transmise au parquet du tribunal judiciaire de Bordeaux.

Le rapport pointe également des défaillances dans l’enquête pour retrouver la trace du mari violent. Personne ne surveille, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles