Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 636,11
    -23,02 (-0,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 450,98
    -17,13 (-1,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Extrême droite : une réunion hommage à Dominique Venner interdite à Paris

Photo partagée sur Twitter par l’institut Iliade
Photo partagée sur Twitter par l’institut Iliade

POLITIQUE - Même s’il ne s’agit pas d’un défilé sur la voie publique, c’est non. La préfecture de police de Paris a interdit la tenue dans la capitale d’une réunion prévue ce dimanche 21 mai après-midi en hommage au théoricien de l’extrême droite identitaire Dominique Venner, qui s’est suicidé il y a dix ans jour pour jour à Notre-Dame.

« Il existe des risques sérieux pour que, à l’occasion de cet hommage, des propos incitant à la haine et à la discrimination (...) soient tenus », justifie le préfet de police Laurent Nuñez dans son arrêté, consultable en ligne.

La préfecture de police rappelle par ailleurs la condamnation de Dominique Venner à 18 mois de prison pour son appartenance à l’Organisation armée secrète (OAS), groupe terroriste clandestin opposé à l’indépendance de l’Algérie.

PUBLICITÉ

La réunion, organisée par l’Institut Iliade sur le thème « Dominique Venner, la Flamme se maintient », devait se tenir dimanche de 15 heures à 19 heures au Pavillon Wagram, dans l’ouest de Paris. « À 14 h 30, le tribunal administratif n’avait pas encore statué sur le référé liberté déposé par l’Institut Iliade », a indiqué dans un communiqué ce cercle de réflexion de la mouvance identitaire.

« Il est sans précédent, en démocratie, qu’un colloque organisé par une association culturelle se voit interdire une réunion publique organisée dans un lieu privé », souligne l’organisation, annonçant un double recours au fond devant le tribunal administratif et le Conseil d’État.

Défense de la civilisation européenne

Sur Twitter, l’organisation a aussi partagé deux clichés montrant des forces de police aux abords du lieu de l’événement, auquel devait participer Jean-Yves Le Gallou, figure de l’extrême droite aperçue récemment aux côtés d’Éric Zemmour. « À 15 h 42 la dispersion est faite. Il reste les effectifs policiers : ceux de la préfecture et ceux des flics de la pensée de Quotidien », a fulminé sur Twitter l’ancien eurodéputé FN.

Dominique Venner est une figure très influente à l’extrême droite, passée par les rangs de Jeune Nation, un mouvement fasciste et nostalgique du pétainisme, puis de l’OAS. En tant qu’intellectuel, il contribuait au Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (GRECE), développant le courant de la « Nouvelle Droite », école de pensée née dans les années 1970 et qui voulait réarmer intellectuellement les mouvements nationalistes.

Adepte de la théorie raciste du « grand remplacement » et farouche opposant au mariage pour tous, il appelait à la défense de la civilisation européenne. Né à Paris en 1935, il était âgé de 78 ans lorsqu’il s’est donné la mort à Notre Dame. Au moment de son suicide, Marine Le Pen, alors présidente du Front national, avait rendu hommage à l’intéressé. « Tout notre respect à Dominique Venner dont le dernier geste, éminemment politique, aura été de tenter de réveiller le peuple de France », avait-elle publié sur Twitter.

À voir également sur Le HuffPost :

Immigration : Les Républicains dévoilent leur plan (copié-collé sur celui du RN)

Pour Marion Maréchal, la violence de l’ultradroite est « dérisoire »