Marchés français ouverture 5 h 2 min
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,72 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,83 (-1,92 %)
     
  • Nikkei 225

    27 866,81
    -162,76 (-0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1296
    -0,0022 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    23 486,94
    -279,75 (-1,18 %)
     
  • BTC-EUR

    43 420,45
    -377,25 (-0,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 261,80
    -179,96 (-12,48 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     

Expulsions et transferts d'argent: après les menaces, les remords d'Arnaud Montebourg

·2 min de lecture

Lundi soir, le candidat à la présidentielle a reconnu s'être "mal exprimé" après ses propos de la veille. En plein direct, il avait affiché sa volonté de punir plus sévèrement les pays qui refusent de rapatrier leurs ressortissants visés par une mesure d'expulsion en les "tapant au portefeuille".

"J'ai compris que je m'étais mal exprimé". Séquence de rattrapage dans le campagne de l'ancien socialiste, Arnaud Montebourg. Lundi soir, le candidat à la présidentielle a reconnu sur LCP avoir pu "heurté" certains de ses proches par ses propos sur les expulsions de ressortissants de pays étrangers qu'il fallait "taper au portefeuille". Une mesure qu'il n'avait pas prévu d'annoncer, selon nos informations.

Lors de son passage sur LCI, la veille, le candidat à la présidentielle avait affiché sa volonté de punir plus sévèrement les pays qui refusent de rapatrier leurs ressortissants après une condamnation, ou un ordre de quitter le territoire émis par la justice française. "Vous avez aujourd'hui 100.000 mesures d'obligations pesant sur des personnes qui sont irréguliers, qui doivent quitter le territoire, et que l'on n'arrive pas à exécuter", avait déclaré l'ancien ministre de François Hollande, médusant la gauche et son propre camp.

"La privation de visas ne fonctionne pas", avait-il-expliqué. Allusion aux contre le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. "Moi, je suis décidé à taper au portefeuille", promet le candidat. En punissant les responsables ? "Il y a onze milliards [ndlr. d'euros] de transferts d'argent qui passent par Western Union sur l'ensemble des pays d'origine. Et bien, nous bloquons tous les transferts aussi longtemps qu'on n'a pas un accord de coopération", répond, bravache, l'ancien avocat. "Ce sont des transferts d'argent privé qui sont une manne pour ces pays. Nous avons besoin de dire, aujourd'hui, ça suffit".

"La privation de visas ne fonctionne pas"

D'après l'entourage du candidat, leur champion n'avait pas prévu de faire cette annonce. Il fallait plutôt y voir une menace brandie, en direct, à l'attention des dirigeants étrangers. Un moyen de pression "provisoire", comme l'a lui-même rappelé Arnaud Montebourg, pour pouvoir négocier avec ces-derniers. Et, en aucun cas, une mesure de rétorsion contre les familles concernées. "Je n'ai pas voulu vis[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles