Expulsée de sa maison de retraite à 94 ans : "Totalement effarant"

Pour la ministre déléguée aux Personnes âgées Michèle Delaunay, la maison de retraite de Chaville (Hauts-de-Seine), qui a expulsé une résidente de 94 ans pour défaut de paiement, a agi "en violation du droit et de la dignité humaine." La direction de l'établissement a, depuis, admis un "manquement à ses devoirs" et présenté ses excuses après que la nonagénaire a été mise à la porte, vendredi 4 janvier, avant d'être recueillie par l'hôpital de Châteaudun (Eure-et-Loir). Bernard Duportet, 79 ans, président de l'association Habeo contre la maltraitance des personnes âgées et des adultes handicapés depuis 2002, exprime sa consternation.

Quelle a été votre réaction quand vous avez eu connaissance de cette affaire ?

- Je l'ai immédiatement retransmise à mes collaborateurs avec ce commentaire : "Totalement effarant". Ma première réaction, à partir des informations qui m'ont été communiquées, a donc été émotionnelle. J'ai réagi en être humain, sur la question du respect de l'autre, de la prise en compte des sentiments de détresse et des situations tragiques que vivent des personnes fragiles. Il est ahurissant que ceci puisse se produire dans une société dite civilisée au XXIe siècle. Ma seconde réaction s'est davantage située sur le plan de l'information et de la sensibilisation des professionnels concernés : les attitudes à avoir vis-à-vis des personnes en situation de détresse devraient être connues et respectées de tous. 

Que préconisez-vous ?

- Il est fondamental que, pour l'ensemble des professions concernées par les personnes âgées et (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Expulsée de sa maison de retraite à 94 ans : "Totalement effarant"
Nonagénaire expulsée : la "dignité humaine" bafouée selon Delaunay
Hauts-de-Seine : expulsée de la maison de retraite à 94 ans