La bourse ferme dans 7 h 11 min
  • CAC 40

    6 147,06
    +73,71 (+1,21 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 589,81
    +56,64 (+1,60 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,28 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0586
    +0,0028 (+0,26 %)
     
  • Gold future

    1 837,70
    +7,40 (+0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    20 205,86
    -173,85 (-0,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    466,59
    +12,69 (+2,80 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,82
    +0,20 (+0,19 %)
     
  • DAX

    13 352,95
    +234,82 (+1,79 %)
     
  • FTSE 100

    7 276,24
    +67,43 (+0,94 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,42 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 871,27
    +379,30 (+1,43 %)
     
  • HANG SENG

    22 201,08
    +482,02 (+2,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,2312
    +0,0042 (+0,34 %)
     

Les exportations de gaz russe en baisse de 27,6% sur la période janvier-mai 2022 sur un an

Les exportations de gaz russe ont chuté de 27,6% entre janvier et mai 2022 par rapport à cette même période de 2021, a annoncé mercredi le géant russe Gazprom, sur fond de bras de fer russo-européen depuis l'offensive contre l'Ukraine.

"Les exportations vers les pays de l'étranger lointain (ne comprenant pas les pays de la CEI, ndlr) se sont établies à 61 milliards de mètres cube, soit 27,6% (23,2 milliards de mètres cubes) de moins que pour la même période de 2021", indique le groupe sur la messagerie Telegram, sans donner plus d'explications sur les raisons de cette baisse.

Gazprom précise livrer le gaz "conformément aux commandes confirmées".

"Les exportations de gaz vers la Chine, par le gazoduc Power of Siberia, augmentent, dans le cadre d'un contrat à long-terme entre Gazprom et CNPC", ajoute par ailleurs le géant russe.

Cette baisse des livraisons concerne donc essentiellement l'Union européenne.

Face à l'offensive russe en Ukraine, l'UE tente en effet de réduire sa dépendance au gaz russe - qui représentait auparavant 40% de ses importations annuelles de gaz - et a trouvé d'autres fournisseurs aux Etats-Unis pour un tiers de ses achats.

Par ailleurs, certains pays ont refusé de régler en roubles leurs achats de gaz russe comme l'a récemment exigé le président russe Vladimir Poutine en représailles aux sanctions imposées contre Moscou. Ainsi, fin avril, Gazprom a annoncé avoir suspendu toutes ses livraisons de gaz vers la Bulgarie et la Pologne.

La liste des clients européens refusant de payer en roubles s'allonge, ce qui devrait creuser encore plus la baisse des exportations à l'avenir: le 21 mai, les livraisons à la Finlande ont été interrompues.

Mardi, ce sont les livraisons au néerlandais GasTerra qui ont été concernées et mercredi celles du danois Ørsted et de Shell Energy Export.

Dans son communiqué, Gazprom a par ailleurs indiqué que les réserves de gaz dans les installations de stockage souterrain européennes étaient de 20,4 milliards de mètres cubes de gaz.

Enfin, les livraisons de gaz russe transitant par l'Ukraine ont baissé après que les forces russes ont pénétré dans des installations gazières dans la région de Lougansk (est).

"Pour atteindre l'objectif de remplissage à 90% des installations de stockage affiché par l'Union européenne, les entreprises devront pomper 42 milliards de mètres cubes supplémentaires de gaz", affirme le groupe.

L'Union européenne a trouvé un accord sur un embargo pétrolier contre Moscou lundi soir, qui devrait permettre de réduire de quelque 90% leurs importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année afin de tarir le financement de la guerre menée par Moscou en Ukraine.

Mais les Vingt-Sept sont plus hésitants concernant d'éventuelles sanctions visant le gaz russe, dont ils sont encore plus dépendants.

bur/spi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles