La bourse ferme dans 3 h 37 min
  • CAC 40

    6 515,34
    -8,10 (-0,12 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 751,11
    +1,76 (+0,05 %)
     
  • Dow Jones

    33 309,51
    +535,11 (+1,63 %)
     
  • EUR/USD

    1,0333
    +0,0031 (+0,30 %)
     
  • Gold future

    1 809,60
    -4,10 (-0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    23 817,73
    +1 289,42 (+5,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    578,81
    +47,59 (+8,96 %)
     
  • Pétrole WTI

    92,84
    +0,91 (+0,99 %)
     
  • DAX

    13 716,62
    +15,69 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 481,91
    -25,20 (-0,34 %)
     
  • Nasdaq

    12 854,80
    +360,88 (+2,89 %)
     
  • S&P 500

    4 210,24
    +87,77 (+2,13 %)
     
  • Nikkei 225

    27 819,33
    -180,63 (-0,65 %)
     
  • HANG SENG

    20 082,43
    +471,59 (+2,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,2213
    -0,0005 (-0,04 %)
     

Explosion à Bergerac: les sites Seveso sont-ils mieux sécurisés depuis Lubrizol?

Yohan Bonnet / AFP

Une poudrerie située à Bergerac a explosé ce mercredi 3 août, faisant 8 blessés dont un grave. Cet accident industriel d’un site Seveso rappelle celui de Lubrizol en 2019. Les mesures de sécurité et de contrôle se sont pourtant améliorées depuis trois ans.

Un blessé grave et sept blessés en "urgence relative", c’est le bilan provisoire de en Dordogne ce mercredi 3 août.

Un accident industriel d’une usine classée Seveso, qui rappelle la tristement célèbre explosion de l’usine Lubrizol en septembre 2019 qui n’avait pas fait de blessé mais avait relâché dans l’air 9.505 tonnes de produits chimiques, et l’explosion de l’usine AZF de Toulouse en 2001 qui avait fait 31 morts et 2.500 blessés. L’usine Manuco de Bergerac qui produit de la nitrocellulose (un composant de la poudre à canon) est un site classé seuil haut, censée dès lors être surveillé. La sécurité des sites Seveso s'est pourtant améliorée depuis 2019, même si "le risque zéro" n'existe pas.

La directive Seveso, un outil encore imparfait

La directive Seveso, mise en place dans l’Union européenne en 1984 puis renforcée en 1999 (Seveso 2) puis en 2012 (Seveso 3) impose aux sites classés d’identifier les risques d’accidents et de prendre des mesures pour limiter ces risques. Chaque site Seveso est soumis à un arrêt préfectoral qui définit des mesures précises et uniques à chaque usine en fonction de ses activités et de ses dangers. Ces usines ont la responsabilité de faire respecter ces mesures et sont soumises à des contrôles par les Directions régionales de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL). Pour autant, les accidents ont continué d'arriver malgré le classement de 1.300 sites sous le statut Seveso. Un sur le fait que "rien n'indiquait une amélioration structurelle de la sécurité dans les établissements Seveso entre 2013 et 2019 [date de l'accident de Lubrizol ndlr] en France".

Lire aussi

En 2021, le, qui dépend du ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires, a recensé 1.571 événements technologiques, dont 250 incidents et accidents dans des établissements Seveso, dont 6 accidents majeurs. Des chiffres en amélioratio[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles