Marchés français ouverture 30 min
  • Dow Jones

    35 258,61
    -36,15 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 021,81
    +124,47 (+0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    29 215,52
    +190,06 (+0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1660
    +0,0042 (+0,36 %)
     
  • HANG SENG

    25 751,67
    +341,92 (+1,35 %)
     
  • BTC-EUR

    53 494,62
    -316,25 (-0,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 456,26
    +4,62 (+0,32 %)
     
  • S&P 500

    4 486,46
    +15,09 (+0,34 %)
     

Comment expliquer la mystérieuse baisse du chômage?

·2 min de lecture

Selon l'Insee, le taux de chômage devrait atteindre 7,6% à la fin de l'année. Du jamais vu depuis 2008. Une victoire pour Emmanuel Macron qui a réussi grâce à son "quoi qu'il en coûte" à éviter la catastrophe annoncée.

n’a pas eu lieu. Bien au contraire! Selon la dernière , le taux de chômage atteindrait 7,6% à la fin de l’année. Du jamais vu depuis 2008! La raison: la job machine française tourne à plein régime. "Le rythme des créations ralentirait quelque peu d'ici la fin de l'année, mais au total, environ 500.000 créations nettes d'emplois salariés succéderaient aux quelque 300.000 destructions nettes enregistrées en 2020", souligne l'Insee.

Une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron à l’heure du bilan de son quinquennat pendant lequel il a entrepris de réformer profondément le marché du travail (, …). D’autant qu’il a martelé au début de son mandat que le chômage retomberait à 7%. On n’en est pas loin… Reste à voir si les électeurs lui en sauront gré au printemps prochain. En tous les cas, il aborde sa réélection en meilleure posture que son prédécesseur, François Hollande, qui avait promis à son arrivée à l’Elysée d’inverser la courbe. Un engagement qu’il a traîné comme un boulet pendant cinq ans et qu’il a tenu laborieusement: en mai 2017, le chômage était de 9,6%, soit 0,1% point de moins qu’en mai 2012.

Le "quoi qu'il en coûte" a sauvé l'emploi

(80 milliards d'euros d'aides d'urgence et 160 milliards de prêts) a permis de limiter la casse. L’une des mesures phares a été . "Aucun salarié dans une entreprise touchée par une baisse de chiffre d'affaires ne sera laissé de côté", avait martelé, dès mars 2020, Emmanuel Macron. Une promesse tenue. Lors du premier confinement d'avril 2020, près de 9 millions de salariés ont été indemnisés par l'activité partielle pour un coût total à la fin de l'année 2020 de 27 milliards d'euros. Du jamais-vu depuis la création de ce dispositif dans les années 1970.

La crise sanitaire ayant joué les prolongations, 2,3 millions de personnes ont encore bénéficié du dispositif en mars dernier, après 2,2 millions en février et près de 9 millions en janvier. Quant aux dépenses d’activité partielle (activité partielle de droit commun et activité partiel[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles