La bourse ferme dans 8 h 23 min
  • CAC 40

    6 296,69
    +9,62 (+0,15 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 019,91
    -13,08 (-0,32 %)
     
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2071
    +0,0031 (+0,25 %)
     
  • Gold future

    1 768,70
    -1,90 (-0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    44 506,08
    -2 795,25 (-5,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 204,64
    -94,32 (-7,26 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,08
    +0,70 (+1,10 %)
     
  • DAX

    15 368,39
    -91,36 (-0,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 000,08
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     
  • Nikkei 225

    29 100,38
    -584,99 (-1,97 %)
     
  • HANG SENG

    29 110,22
    +4,07 (+0,01 %)
     
  • GBP/USD

    1,4004
    +0,0020 (+0,14 %)
     

On vous explique la menace de blocage de six sites pornographiques s'ils n'interdisent pas leur accès aux mineurs

franceinfo
·1 min de lecture

Des millions de Français les consultent. Et tous n'ont pas plus de 18 ans. Six sites pornographiques sont visés par une procédure du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), saisi par trois associations au sujet du blocage de leur accès aux mineurs, qu'elles jugent peu efficace, voire inexistant. Plusieurs de ces sites ont affirmé avoir reçu une mise en demeure du CSA. Le gendarme de l'audiovisuel est autorisé à saisir la justice s'il constate des manquements, passibles d'une lourde amende et d'une peine de prison.

L'instance devrait annoncer "dans quelques semaines" si elle transmet ou non le dossier à la justice, explique-t-elle à franceinfo, confirmant une information du Parisien. "Vous risquez de perdre accès à notre site", alertent de leur côté ces plateformes. Franceinfo vous explique cette procédure et ses conséquences possibles.

Quels sont les sites visés et qui les pointe du doigt ?

Franceinfo avait révélé le lancement de cette procédure en novembre dernier. Trois associations, l'Observatoire de la parentalité et de l'éducation numérique (Open), l'Union nationale des associations familiales (Unaf) et le Conseil français des associations pour les droits de l'enfant (Cofrade), avaient alors saisi le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Leur saisine vise six sites diffusant des vidéos pornographiques en streaming gratuit : Jacquie et Michel, Pornhub, Tukif, Xhamster, Xnxx et Xvideos. L'Open expliquait alors avoir choisi ces sites après avoir établi un constat (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi