La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,67 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1982
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    -2,90 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    46 568,63
    -5 079,02 (-9,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,06 (-0,10 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,45 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,54 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,67 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,61 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3830
    +0,0046 (+0,33 %)
     

Expédition souterraine Deep Time : "Toute l'équipe va bien et poursuit sa vie sous terre"

·1 min de lecture

Ils vivent depuis quinze jours à 400 mètres sous terre. Sept femmes et huit hommes mènent une mission scientifique de 40 jours dans la grotte de Lombrives, à Ussat, qui vise à observer et mieux comprendre nos capacités d'adaptation. L'équipe de volontaires est notamment composée de médecins, de chercheurs et d'une infirmière. Jérémy Roumian, directeur des opérations logistiques de l'expédition Deep Time donne sur Europe 1 des nouvelles du groupe, qui vient de communiquer de premières données. "Toute l'équipe va bien et poursuit sa vie sous terre", affirme-t-il. 

Le chef d'expédition, Christian Clot, a fait cette semaine un rapport de premiers jours passés à l'intérieur de la grotte. "Ils vont bien. Ils prennent leurs marques. Ils apprennent à vivre dans cet univers." Les contacts avec l'extérieur sont limités et ont lieu via un sas. "De temps en temps, ils peuvent sortir des informations", détaille-t-il.

Des journées très chargées

Les conditions de vie sont rudes à l'intérieur de la grotte. "Il fait 10 degrés et entre 95 et 100 % d'humidité en permanence", indique Jérémy Roumian. Même s'il estime probable qu'il y ait "des peurs, des fatigues et des moments de doute", le directeur des opérations logistiques de l'expédition rappelle que "cela fait partie de cette expérience". "Ce qui compte, c'est vraiment la capacité d'adaptation à long terme." A l'intérieur de la grotte, un petit abri de 10 mètres carrés permet aux volontaires de s'isoler.  

>> Retrouvez Europe matin week...


Lire la suite sur Europe1