La bourse ferme dans 8 h 28 min
  • CAC 40

    5 985,46
    -54,23 (-0,90 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 447,72
    -36,76 (-1,05 %)
     
  • Dow Jones

    30 273,87
    -42,45 (-0,14 %)
     
  • EUR/USD

    0,9900
    +0,0016 (+0,16 %)
     
  • Gold future

    1 732,00
    +11,20 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    20 413,99
    -196,29 (-0,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    459,49
    +1,08 (+0,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,58
    -0,18 (-0,21 %)
     
  • DAX

    12 517,18
    -153,30 (-1,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 052,62
    -33,84 (-0,48 %)
     
  • Nasdaq

    11 148,64
    -27,76 (-0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 783,28
    -7,65 (-0,20 %)
     
  • Nikkei 225

    27 311,30
    +190,80 (+0,70 %)
     
  • HANG SENG

    18 033,54
    -54,43 (-0,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,1325
    +0,0003 (+0,03 %)
     

EXCLUSIF - L'emlyon accueille la famille Bettencourt Meyers à son capital via Galileo Global Education

PCA-STREAM

EXCLUSIF - Leur holding familiale Téthys Invest renforce ses positions dans l’enseignement privé via Galileo Global Education qui entre au capital de l’école de commerce lyonnaise.

C’est un trophée que s’apprête à décrocher Galileo Global Education. Ce jeudi 8 septembre, ce géant français, qui compte 89 campus et 170.000 étudiants dans le monde, annoncera qu’il entre au capital de l’emlyon business school dans le cadre d’une augmentation de capital de 50 millions d’euros. Le groupe privé d’enseignement, détenu par Téthys Invest de la famille Bettencourt-Meyers (40%), le canadien CPP Investment Board (40%) et Bpifrance (10%), remplacera le fonds Qualium Investissement au capital de l’école de commerce. Outre Galileo Global Education, plusieurs acteurs économiques lyonnais, dont l’Institut Mérieux, deviendront également actionnaires alors que la CCI Lyon Métropole restera majoritaire.

Un changement de statut et des crises en cascade

L’emlyon pointe aujourd’hui au cinquième rang dans de Challenges, devancée par l’Edhec. Car ces dernières années, l’établissement consulaire, créé il y 150 ans, a été secoué par . Sa transformation en société anonyme, baptisée Early Makers Group, ne lui a pas permis d’accélérer son développement. L’arrivée du fonds de private equity Qualium Investissement, sans expertise dans l’enseignement supérieur, s’est faite alors que l’école traversait une grave crise de gouvernance. La succession du directeur Bernard Belletante avait tourné au fiasco et Isabelle Huault, la directrice de l’université Paris Dauphine, a été recrutée pour rassurer les équipes. Mais l’ambitieux business plan dessiné pour attirer les investisseurs, dénommé Projet Lumières, a pris du retard à l’allumage. Il prévoyait un doublement des recettes sous la marque emlyon entre 2018 et 2022, pour atteindre 243 millions d’euros. Et même un triplement d'ici à 2024.

Ainsi, la création d’une école de droit et une autre de design et le co-développement d’une école d’ingénieurs sont restés lettre morte. Si l’on additionne les recettes de cette "hybridation" et du déploiement à l’international initialement prévus, le manque à gagner se chiffre en dizaines de mi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi