La bourse est fermée
  • Dow Jones

    28 363,66
    +152,84 (+0,54 %)
     
  • Nasdaq

    11 506,01
    +21,31 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    23 474,27
    -165,19 (-0,70 %)
     
  • EUR/USD

    1,1825
    -0,0042 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    24 786,13
    +31,71 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    11 093,43
    +1 764,03 (+18,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    264,36
    +8,26 (+3,22 %)
     
  • S&P 500

    3 453,49
    +17,93 (+0,52 %)
     

EXCLUSIF. Une étude chiffre le bilan carbone du télétravail

·1 min de lecture

Une étude inédite publiée par le JDD évalue l'empreinte écologique de cette nouvelle pratique. Réalisée par l'Agence de la transition écologique (Ademe), elle révèle l'impact positif du télétravail sur l'environnement, à quelques conditions près.

Du confinement, Nathalie a gardé une habitude : le télétravail. C'est désormais de chez elle que cette chercheuse de 45 ans mène ses projets deux jours par semaine. "Avant, je faisais 40 kilomètres aller-retour pour aller au boulot. J'économise 30 euros de carburant par mois, sans compter l'entretien de la voiture." Le bureau à la maison, est-ce vraiment bon pour la planète? C'est la question que s'est posée l'Agence de la transition écologique (Ademe) dans une étude sur la "caractérisation des effets rebonds induits par le télétravail"*.

Lire aussi - Télétravail : voici pourquoi il faut un nouvel accord syndicats-patronat pour mieux protéger les salariés

"En diminuant les trajets domicile-bureau, le télétravail permet de réduire notre empreinte carbone", confirme Jérémie Almosni, chef du service Transports et mobilité de l'Ademe. Sans parler de la réduction du temps passé dans les embouteillages et de l'amélioration de la qualité de l'air. "Mais pour évaluer réellement son impact environnemental, il faut prendre en compte ses autres effets", ajoute-t-il.

Des consommations énergétiques supplémentaires

C'est contre-intuitif : le télétravail engendre aussi des consommations énergétiques supplémentaires au sein des foyers. "Ces effets rebonds réduisent en moyenne de 31% les bénéfices environnementaux du télétravail", précise Jérémie Almosni. Son étude cite l'exemple d'un salarié qui réside près de Paris et dont l'empreinte carbone par trajet aller-retour est de 7,6 kilos équivale...

Lire la suite sur LeJDD

Ce contenu peut également vous intéresser :