Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 271,51
    -393,51 (-0,97 %)
     
  • EUR/USD

    1,0883
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    2 400,40
    -56,00 (-2,28 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 842,27
    +3 382,96 (+5,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 389,35
    +58,45 (+4,40 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,23
    -2,59 (-3,13 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 721,77
    -149,46 (-0,84 %)
     
  • S&P 500

    5 503,44
    -41,15 (-0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2912
    -0,0035 (-0,27 %)
     

Evolution professionnelle : connaissez-vous le job crafting ?

H_Ko/Adobe Stock

En ce samedi 20 mai, Journée internationale des ressources humaines, nos confrères d’Europe 1 pointent l’essor du “job crafting”, ou comment révolutionner le monde du travail sans grands moyens. En français, l’expression signifie "façonner son emploi” ou, plus concrètement, faire évoluer ses missions en fonction de ses aspirations sans changer de poste. Car près d’un salarié français sur deux envisage de changer d’emploi dans les prochaines années, d’après Centre Inffo. Une envie de changement qui a pris une plus grande ampleur après les confinements successifs, période durant laquelle les Français ont eu le temps de faire le point sur leur situation professionnelle.

Se réorienter, reprendre ses études, rechercher un nouvel emploi sont souvent synonymes de difficultés à joindre les deux bouts. Le job crafting semble alors la solution toute trouvée pour “mettre des paillettes” dans sa vie, ou du moins dans son travail, sans avoir à le quitter. Une coiffeuse employée depuis des années dans le même salon peut, par exemple, continuer à exercer tout en se voyant attribuer l’accompagnement du personnel. Une façon de prendre un peu du galon, de gagner un peu plus d’argent et de considération. De quoi, en somme, garder son emploi en l’améliorant !

Si l’initiative peut venir des salariés, il arrive également qu’elle soit lancée par leurs employeurs. Le but étant de consulter leurs collaborateurs sur leurs envies afin de trouver de nouvelles tâches à leur attribuer ou de les décharger de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Fonction publique : top départ pour les discussions salariales entre le gouvernement et les syndicats
Discrimination à la Société générale : le combat d’une salariée pour faire valoir ses droits
Le flop du compte personnel de pénibilité
Pourquoi il est impossible de faire tomber le taux de chômage à zéro
Le nombre effarant d’e-mails que vous recevez chaque jour au travail