La bourse est fermée

Eurostar : record de fréquentation en vue malgré le Brexit

Eurostar se porte comme un charme, en dépit des incertitudes entourant le Brexit. "Nous allons bien", résume Mike Cooper, rencontré à l'occasion des 25 ans de cette filiale de la SNCF qui fait circuler des trains à grande vitesse entre Londres et le continent. L'année a été marquée par des incertitudes sur la date du Brexit, par "10 semaines dures" de grève du zèle des douaniers à la Gare du Nord à Paris, et "un été plutôt mou", déplore-t-il. Mais, ajoute-t-il aussitôt, "en nombre de passagers, nous devrions être en hausse par rapport à l'année précédente" - pendant laquelle Eurostar avait battu son record de fréquentation -, grâce à de bonnes ventes en fin d'année.

Le Brexit, désormais annoncé à la fin janvier 2020, n'inquiète plus vraiment Mike Cooper. Eurostar était prête pour la date butoir initiale du 31 mars, et le trafic devrait continuer à croître avec ou sans Brexit, dit-il. "48% des Britanniques ont voté pour rester (dans l'Union européenne), et ce sont des gens qui veulent faire l'expérience de cultures étrangères. Ce sont des gens qui savent qu'ils doivent faire des affaires à Paris ou à Bruxelles ou à Amsterdam (...). Ces marchés vont perdurer, et se développer", estime-t-il.

>> A lire aussi - SNCF, RATP, EDF... La vie de château des CE des grandes entreprises publiques

"Paris et Bruxelles sont des marchés plus matures, mais nous pensons toujours qu'il reste encore des marges de croissance", note d'ailleurs le patron d'Eurostar. La compagnie mise beaucoup sur la liaison Londres-Rotterdam-Amsterdam, qui n'est actuellement assurée que dans ce sens --il faut changer de train à Bruxelles en revenant des Pays-Bas--, faute d'accord sur les contrôles d'identité et de sécurité. Mike Cooper pense qu'il pourra lancer des Amsterdam-Rotterdam-Londres "dans les six mois". Son but est de gagner une part de marché pour le train "de 30 ou 40%" sur cette relation, contre "8 à 9%" actuellement.

Quant à une liaison Londres-Bordeaux - dont la faisabilité est actuellement étudiée

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La SNCF veut fusionner Thalys et Eurostar pour doper la fréquentation
Airbus : semaine cruciale en vue pour le constructeur européen
Verallia, pas de plafond de verre en vue : le conseil Bourse du jour
Enchère record pour le Parlement des singes de Banksy
Nucléaire : contrat colossal en vue pour Orano (ex-Areva) en Chine