La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 569,16
    -97,10 (-1,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 083,37
    -74,77 (-1,80 %)
     
  • Dow Jones

    33 290,08
    -533,37 (-1,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1865
    -0,0045 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -10,90 (-0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    30 039,49
    -1 871,50 (-5,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,52
    -51,42 (-5,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,50
    +0,46 (+0,65 %)
     
  • DAX

    15 448,04
    -279,63 (-1,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 017,47
    -135,96 (-1,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 030,38
    -130,97 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 166,45
    -55,41 (-1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    28 964,08
    -54,25 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 801,27
    +242,68 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,3809
    -0,0115 (-0,83 %)
     

European Digital Group, nouveau trublion du secteur de la transformation digitale

·2 min de lecture

Holding spécialisé dans la transformation numérique, European Digital Group s'inspire de S4 Capital, champion créé par Martin Sorrell. En rachetant des pépites du secteur et en les fédérant.

L'idée est née en mai 2019 dans un restaurant japonais du XVIe arrondissement parisien. Deux hommes sont attablés. Après s'être essayé au métier d'avocat puis avoir créé une start-up, tentatives qui l'ont laissé "essoré, au fond du trou", Vincent Klingbeil a connu le succès avec Ametix et l'a cédé en 2017 à , filiale de La Poste. Eric Bismuth, le deuxième convive, a fondé , un des acteurs les plus performants du private equity européen.

Tous deux pensent qu'il manque en France un acteur ambitieux de la transformation digitale, à la croisée entre un et un Accenture. "Sur le marché, on trouve des petits spécialistes ou des gros généralistes. Aucun de ces modèles ne convient aux grands clients", affirme Eric Bismuth. Quand les sushis ont disparu, leur projet est sur la table: fonder un acteur mariant l'expertise d'une boutique à la solidité d'un groupe. Ce sera donc European Digital Group (EDG).

Viser le milliard d'euros

Deux ans plus tard, EDG pèse 110 millions d'euros de chiffre d'affaires et dégage 20% de rentabilité.

Ses fondateurs s'inspirent de S4Capital, le groupe de transformation digitale créé par (l'ex-patron star du géant de la publicité WPP) qui vaut aujourd'hui 3 milliards de dollars en Bourse. "L'idée est d'atteindre les 500 millions d'euros de chiffre d'affaires d'ici quatre ans", indique Eric Bismuth. Son complice est encore plus optimiste: "Nous visons le milliard dans cinq ans."

EDG se construit en rachetant des spécialistes du digital. Les capitaux sont apportés par Montefiore, qui a déjà investi 50 millions et prévoit d'en déployer autant. En moins de deux ans, le nouveau trublion du secteur a ainsi avalé six sociétés, couvrant une partie de la chaîne des métiers: accélération des contacts commerciaux (lesBigBoss), digitalisation d'événements (Proximum 365), création publicitaire (Orès), cybersécurité (Metsys), acquisition de trafic Web (Ad's up), agence d'influence (Follow).

Toutes ont misé sur une spécialité fine: Follow s'est, par exemple, conc[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles