La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 677,64
    +30,33 (+0,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 942,62
    +21,35 (+0,54 %)
     
  • Dow Jones

    33 815,75
    +34,27 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0549
    -0,0011 (-0,11 %)
     
  • Gold future

    1 815,60
    +14,10 (+0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    16 285,33
    +106,25 (+0,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,64
    -1,60 (-0,39 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,90
    +0,44 (+0,62 %)
     
  • DAX

    14 370,72
    +106,16 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 476,63
    +4,46 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    11 134,10
    +52,09 (+0,47 %)
     
  • S&P 500

    3 974,38
    +10,87 (+0,27 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,01
    +326,58 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    19 900,87
    +450,64 (+2,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2301
    +0,0064 (+0,52 %)
     

Europe spatiale: le budget en demi-teinte de l'ESA oublie (encore) le vol habité

ArianeGroup/SP

Les Etats-membres de l’Agence spatiale européenne ont validé un investissement de 16,9 milliards d’euros sur trois ans. Un budget en hausse de 17%, mais qui n’atteint pas l’objectif initial de 18,5 milliards. Et oublie le vol habité.

Faut-il voir le verre à moitié vide ou à moitié plein? La conférence ministérielle de l’Agence spatiale européenne (ESA) s’est terminée, mercredi 23 novembre, sur un accord des Etats-membres, qui ont validé un investissement de 16,9 milliards d’euros sur les trois prochaines années. Comme en 2019, l’Allemagne devance la France, avec 3,5 milliards d’euros de contribution contre 3,2 milliards. Paris est même talonné par l’Italie (3,1 milliards). A première vue, ce résultat est un vrai succès: le chiffre est en hausse de 17% par rapport au budget décidé lors de la conférence de Séville en 2019. "Etant donné le niveau de l'inflation, je suis très impressionné par ce résultat", assure le directeur général de l’ESA Josef Aschbacher, précisant que tous les grands programmes présentés avaient été validés (suite du programme Ariane 6 et Vega-C, ExoMars, Space Rider, atterrisseur lunaire EL3…) Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, en charge du spatial, a également salué "un grand succès" et un budget "au-delà des attentes".

Ces cris de victoire sont quand même à relativiser. D’abord, le budget obtenu est bien inférieur (de 10% environ) à la proposition initiale du DG de l’ESA, qui était de 18,7 milliards d’euros. Résultat: certains programmes ont été sous-financés par rapport aux propositions de l’agence. Le projet de constellation de connectivité Iris2, lancé par la Commission européenne et validé par le Parlement européen le 17 novembre, devait être soutenu à hauteur de 750 millions d’euros. Il ne bénéficiera que de 642 millions d’euros. "Nous n’avons pas exactement obtenu ce que nous demandions, mais il faut remettre cela dans le contexte: c’est une augmentation de 17%, dans une période de guerre, de Covid, et de crise de l’énergie, plaide Josef Aschbacher. C’est un énorme succès."

Vol habité aux oubliettes

Autre déception de cette conférence: les Etats-membres n’ont, comme prévu, pas consenti d’investissement majeur dans un programme européen de vol habité, pourtant p[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi