La bourse ferme dans 6 h

Europcar: prend une dimension spéculative

(CercleFinance.com) - En dépit de son rebond du jour, l'action Europcar Mobility, le loueur de véhicules, reste la plus forte baisse de l'indice large SBF 120 depuis le début de 2019. Non seulement le secteur est peu apprécié des boursiers, mais en outre la direction a dernièrement abaissé ses prévisions. Ce qui pourrait attirer l'intérêt d'investisseurs en mal de cibles.

Europcar fait partie de ces secteurs confrontés à une concurrence nouvelle et féroce venant de nouveaux acteurs. Ce que ne plaît que rarement aux investisseurs, surtout quand les warnings les accompagnent.

Pour mémoire, voilà à peine plus d'un mois, la direction revenait ses ses prévisions pour 2019, tant en termes d'activité que de rentabilité. Europcar évoquait alors 'une dégradation de l'environnement en Europe, en particulier la situation autour du Brexit et un ralentissement économique mondial'. De ce fait, les volumes de la saison estivale sont jugés décevants, 'entraînant de forts vents contraires en terme de pricing', commentait le groupe.

De ce fait, l'action Europcar est alors brièvement passée sous les 3 euros, son plus bas niveau historique. Deux semaines plus tard, son actionnaire de référence Eurazeo envisageait de jeter l'éponge : la société de portefeuille a lancé 'une revue stratégique de ses options concernant sa participation dans Europcar', proche de 30% du capital, indiquait-elle le 14 novembre.

'Une éventuelle opération pourrait conduire à une revalorisation du titre et permettre l'entrée d'un ou de plusieurs nouveaux investisseurs au capital du groupe, confiants, comme l'est Eurazeo, dans le potentiel d'Europcar Mobility Group', ajoutait-elle encore.

Et voilà maintenant que selon l'agence Bloomberg, des fonds de private equity comme Apollo et Cerberus regarderaient le dossier. Ce qui permet au titre de déborder de nouveau les 4 euros à la Bourse de Paris. Mais même à ce prix, Europcar ne capitalise que 670 millions d'euros, soit à peine plus de 2,1 fois l'EBITDA attendu en 2020. Même s'il faut aussi compter avec un dette nette de l'ordre de 850 millions d'euros.

En effet, le private equity demeure la forme la plus en vogue de financement des entreprises actuellement, loin devant la Bourse. Nombre de ses acteurs sont gorgés de cash mais peinent à trouver des affaires à leur goût, d'autant que les prix ont grimpé dans le 'non coté'. Au point de dépasser, dans bien des cas, la valorisation des entreprises 'listées' en Bourse, qui pourraient donc être de plus en plus nombreuses à être prisées par le private equity. Surtout si elles sont décotées.

Notons que depuis un mois, certains investisseurs ont, selon les avis de l'AMF, renforcé leur participation au tour de table d'Europcar, notamment Financière de l'Echiquier, CIAM, Invesco et Morgan Stanley.

EG

Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.