La bourse ferme dans 4 h 17 min

EuropaCorp : nouvelles pertes et chiffre d'affaires divisé par deux pour la société de Luc Besson

Nouvel exercice difficile pour EuropaCorp. La société de production et de distribution de films et séries de Luc Besson, en procédure de sauvegarde judiciaire, a enregistré 22,7 millions d'euros de pertes nettes au premier semestre de son exercice décalé 2019-2020. Son chiffre d'affaires s'est également réduit de moitié, selon des résultats publiés vendredi 13 décembre. EuropaCorp explique ce résultat déficitaire par les "charges non-récurrentes relatives à la restructuration" et notamment une perte exceptionnelle de 5,2 millions d'euros due "majoritairement aux honoraires liés à la restructuration des dettes", aux coût de l'endettement (environ 11 millions d'euros) et à un résultat de change négatif.

Les pertes sont cependant moins élevées qu'il y a un an, où elles s'étaient creusées jusqu'à 88,9 millions d'euros, du fait de "dépréciations exceptionnelles". Le groupe anticipe toutefois un exercice annuel déficitaire. Placé en procédure de sauvegarde judiciaire depuis la mi-mai, pour une durée initiale de six mois, EuropaCorp avait annoncé fin octobre avoir obtenu une prolongation de la période d'observation jusqu'au 13 mai 2020.

Aucun investissement

"Les discussions engagées avec les créanciers du groupe afin de restructurer les dettes" ont connu "différentes avancées positives", a dit la société qui envisage de "rationaliser les surfaces prises à bail à la Cité du Cinéma et le coût du loyer correspondant." Sur le premier semestre, le chiffre d'affaires a chuté de moitié à 40,7 millions d'euros alors qu'il s'inscrivait déjà en baisse de 42% il y a un an. EuropaCorp pointe notamment le nombre limité de films sortis ou livrés au cours du premier semestre, ainsi que la "concentration des encaissements des recettes" des cinémas sur le second semestre de son exercice décalé.

>> A lire aussi - Europacorp dénonce le "bashing" contre son patron Luc Besson, accusé par son assistante

"Compte tenu des opérations de restructuration en cours, il n'y a eu quasiment aucun investissement

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Renault-Nissan : la lettre choc de Thierry Bolloré juste avant d’être débarqué
Le pacte d’actionnaires : comment ça marche ?
L'infarctus d'un salarié au bureau doit-il toujours être considéré comme ayant une origine professionnelle ?
Face aux mauvais résultats, le TFC propose de rembourser ses abonnés
La séance de Bourse : tout ce qu’il faut savoir aujourd’hui