EUROFINS SCIENTIFIC : le PDG vend pour plus de 5 millions d'euros d'actions

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
ERF.PA201,80-8,20
ERFSF278,85-10,15
AZN.L4 175,00+132,50
SAN.PA76,600,45


(AOF) - Dans une déclaration individuelle au titre de la loi Transparence du 11 janvier 2008, Eurofins Scientific (Other OTC: ERFSF.PK - actualité) a annoncé qu'Analytical Bioventures SCA, personne morale liée à son PDG Gilles Martin, avait cédé 45 213 actions au prix unitaire de 118 euros. Le montant brut de l'opération est de 5,335 millions d'euros. Analytical Bioventures SCA a également converti 90 426 BSAAR 2010 au prix unitaire de 40 euros pour un montant brut de 1,808 million d'euros.


A l'issue de ces transactions, le solde de participation de Analytical Bioventures SCA est de 6 430 000 actions (soit 43,50% du nombre total d'actions d'Eurofins Scientific SE connu au 30/11/2012).


AOF - EN SAVOIR PLUS


- Récurrence des revenus (80% du CA) ;
- Barrières à l'entrée croissantes ;
- Forte diversification de la clientèle, et groupe peu exposé au secteur public ;
- Investissements réguliers pour maintenir ses produits à la pointe (construction de laboratoires ultramodernes et performants) ;
- Priorité stratégique : redressement des laboratoires en développement et optimisation de sa structure de coûts ;
- Force de frappe encore renforcée aux Etats-Unis dans l'analyse de l'eau et notoriété grandissante outre-Atlantique ;
- Situation financière saine.

Points faibles de la société
- Importante structure de coûts fixes ;
- Confiance à restaurer après une succession de déceptions dans le passé sur les performances financières ;
- Secteur très consommateur de capitaux.

Comment suivre la valeur
- Valeur de croissance défensive ;
- Activité marquée par une forte saisonnalité ;
- Forte sensibilité aux conditions climatiques rigoureuses ;
- Efforts de développement concentrés sur les pays à fort potentiel tels que la Chine, l'Inde et les Etats-Unis ;
- Secteur très fragmenté et rôle de prédateur.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Pharmacie - Santé
Les acquisitions se multiplient dans le secteur. Après des mois de négociations, GSK a annoncé le rachat de Human Genome Sciences, la biotech américaine, pour 3 milliards de dollars (3,6 milliards dette incluse). Cette opération devrait avoir un impact positif sur le bénéfice courant du groupe britannique à partir de l'an prochain. Elle lui donne surtout la totalité des droits sur le Benlysta, médicament contre une maladie de peau, et sur deux autres traitements en cours de développement contre le diabète et les affections cardiaques. La reprise de Human Genome Sciences fait suite à une série d'acquisitions lancée par des grands laboratoires, dont la plupart sont affectés par la perte des brevets protégeant leurs médicaments vedettes. Bristol-Myers Squibb (BMS) vient d'acquérir le spécialiste des traitements du diabète Amylin, en partageant le prix d'achat, 7 milliards de dollars, avec AstraZeneca (London: AZN.L - actualité) . En 2011, Sanofi (Paris: FR0000120578 - actualité) avait acquis Genzyme (NasdaqGS: GENZ - actualité) pour près de 20 milliards de dollars.