Marchés français ouverture 4 h 12 min
  • Dow Jones

    34 589,77
    +737,24 (+2,18 %)
     
  • Nasdaq

    11 468,00
    +484,22 (+4,41 %)
     
  • Nikkei 225

    28 281,04
    +312,05 (+1,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0432
    +0,0024 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    18 823,55
    +226,32 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    16 443,19
    +112,69 (+0,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    406,51
    +5,82 (+1,45 %)
     
  • S&P 500

    4 080,11
    +122,48 (+3,09 %)
     

Étudiants : les repas à 1 euro prolongés jusqu'à Noël

kasto/Adobe Stock

Les étudiants en difficulté financière vont pouvoir bénéficier du repas à un euro jusqu'à Noël, a indiqué le gouvernement, en plein débat sur la précarité étudiante.

Les étudiants en situation de précarité pourront prétendre à un repas à un euro jusqu'à Noël en France même s'ils ne sont pas boursiers, a promis lundi 7 novembre le gouvernement français, en plein débat sur la précarité étudiante dans le pays. "Il ne faut pas qu'ils restent isolés, avec leurs difficultés", a déclaré la ministre de l'Enseignement supérieur Sylvie Retailleau à la radio, évoquant un dispositif accessible "pour tous les étudiants en précarité".

Les étudiants qui n'ont pas les moyens de manger pourront prétendre à ce repas jusqu'à Noël sans critères de revenu. Ensuite, leur dossier sera "étudié" au cas par cas pour savoir si ce tarif pourra continuer à leur être proposé. L'Etat compense totalement le repas à un euro pour financer l'écart de prix : "Ca lui coûte 50 millions d'euros en 2023", a dit la ministre.

Interrogée sur la diminution des quantités des repas de certains restaurants universitaires, dont se sont plaints des étudiants, à Rennes notamment, dans l'ouest de la France, la ministre a assuré qu'il n'était "pas question de rogner sur les portions". "Il n'est pas question d'avoir des étudiants qui vont en cours l'estomac vide", a-t-elle assuré.

La rentrée universitaire 2022 a été touchée par la réalité de la précarité étudiante. La Fédération des associations générales étudiantes (FAGE) a dénoncé une "véritable flambée" des frais de rentrée, avec une augmentation de plus de 13%, pour un coût moyen de plus de 1.300 euros. Le syndicat étudiant Unef a de son (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - "J’aimerais quand même manger à ma faim", la précarité étudiante ne s’arrête pas l'été

Attention à cette nouvelle arnaque qui propose 25 ampoules LED pour 1 euro
Chèque fioul : le gouvernement dévoile les conditions de revenus pour en bénéficier
Le microcrédit, un outil vraiment efficace pour accompagner les plus pauvres ?
Capital vous propose une box fibre et ADSL à un prix exclusif
FCPI : attention aux pièges de la défiscalisation dans les PME