Marchés français ouverture 1 h 27 min
  • Dow Jones

    33 949,01
    -207,68 (-0,61 %)
     
  • Nasdaq

    11 910,52
    -203,27 (-1,68 %)
     
  • Nikkei 225

    27 584,35
    -22,11 (-0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0746
    +0,0028 (+0,26 %)
     
  • HANG SENG

    21 566,04
    +282,52 (+1,33 %)
     
  • BTC-EUR

    21 042,30
    -720,09 (-3,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    520,75
    -16,14 (-3,01 %)
     
  • S&P 500

    4 117,86
    -46,14 (-1,11 %)
     

Etudes, emploi... Les 18-30 ans recommencent à voyager à l'étranger

May Robledo/Alfa Images/Shutterstock/SIPA

En 2022, les 18-30 ans ont plus voyagé à l’étranger qu’en 2020 (+8 points) pour des séjours d’au moins quinze jours (hors vacances), selon le baromètre de l’Injep sur la jeunesse publié le 6 janvier 2023. Un niveau semblable aux années pré-Covid, qui s’explique notamment par le report des projets annulés à cause de la crise sanitaire.

L’Injep (Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire) publie chaque année depuis 2016 un "baromètre sur la jeunesse" qui mesure la mobilité internationale des 18-30 ans. Les résultats de l’enquête 2022, publiés le 6 janvier 2023, montrent une hausse de 8 points de cette mobilité, entendue comme des "départs à l’étranger d’au moins 15 jours (hors vacances)", par rapport à l’enquête menée en 2020.

"Il faut rappeler qu’en 2020, une large partie des séjours à l’étranger planifiés ont été annulés en raison de la fermeture des frontières et des restrictions de déplacement. La hausse du taux de départs à l’étranger en 2022 est probablement en partie imputable au report des séjours non réalisés en 2020", observe l’Injep. Il s’agit donc plutôt d’un retour de la mobilité internationale des jeunes à ses niveaux d’avant-crise.

Les plus diplômés sont les plus concernés

"La progression par rapport à 2020 s’explique principalement par les mobilités liées aux études", pour 58% des personnes interrogées, observe aussi l’Injep. "Ainsi, 12% des jeunes ont séjourné à l’étranger pour poursuivre leurs études (soit +3 points depuis 2020), 8% pour faire un stage de fin d’études (+2 points) et la même proportion pour faire un stage professionnel."

Lire aussiEtudier à l'étranger : les Français à la conquête du monde

"Le niveau de diplôme a toujours un fort impact sur la probabilité d’avoir séjourné à l’étranger (hors vacances): 56% des diplômés du supérieur ont séjourné au moins quinze jours à l’étranger au cours des cinq années écoulées, contre seulement 34% des jeunes titulaires d’un CAP ou BEP", note par ailleurs l’Injep. "La tendance s’est même accentuée depuis 2020: le taux de départ des diplômés du supérieur a progressé de 12 points, contre seulement de 6 points pour les titulaires de CAP ou BEP."

Une crise sanitaire aux effets durables

L’étude montre cependant que la crise sanitaire continue d’avoir des effets de ralentissement des mobilités: "En 2021, près d’un jeune[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi