La bourse ferme dans 2 h 38 min
  • CAC 40

    6 667,98
    -19,81 (-0,30 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 928,12
    -11,07 (-0,28 %)
     
  • Dow Jones

    33 596,34
    -350,76 (-1,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0536
    +0,0067 (+0,64 %)
     
  • Gold future

    1 790,70
    +8,30 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    16 001,11
    -271,77 (-1,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    395,56
    -6,24 (-1,55 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,81
    +0,56 (+0,75 %)
     
  • DAX

    14 299,64
    -43,55 (-0,30 %)
     
  • FTSE 100

    7 528,89
    +7,50 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    11 014,89
    -225,05 (-2,00 %)
     
  • S&P 500

    3 941,26
    -57,58 (-1,44 %)
     
  • Nikkei 225

    27 686,40
    -199,47 (-0,72 %)
     
  • HANG SENG

    18 814,82
    -626,36 (-3,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,2201
    +0,0068 (+0,56 %)
     

Les Etincelles, les hôtels qui veulent révolutionner la montagne

Mahema productions

Nicolas Chatillon a confondé en 2018 ce groupe d’hébergement premium et abordable, où le client est roi. Renforcé par une levée de fonds de 400 millions d’euros, il vise 30 établissements d’ici à 2026. Il est l’invité du Club entrepreneurs Challenges - Grant Thornton.

Challenges. Pourquoi avoir créé un groupe hôtelier à la montagne?

Nicolas Chatillon. Nous avons décidé en 2018 de moderniser l’hôtellerie de montagne. Nous voulions une nouvelle expérience pour nos clients avant, pendant et après le ski. C’est souvent le parcours du combattant. Notre but a été de leur simplifier la vie. Ils ne vont plus dans des sous- sols avec des casiers à ski. Une per- sonne s’occupe d’eux et leur apporte leur matériel pendant qu’ils prennent un café. Le soir, on les aide à retirer leur équipement. Nous sommes passés d’une approche produit à une approche client.

Dans quelle gamme vos hôtels se positionnent-ils?

Notre positionnement est premium, c’est-à-dire du luxe abordable. Nous avons des établissements de bord de piste, entre 40 et 80 chambres, avec souvent un restaurant et un bar. Une nuit dans un 3-étoiles à Tignes peut coûter de 150 à 250 euros et dans un 5-étoiles, plus de 600 euros. Nous proposons des activités à nos clients: du chien de traîneau, de la voiture sur glace, des raquettes et du ski de randonnée. Nos hôtels ouvrent fin novembre, ou tout début décembre, avec vingt- trois semaines d’exploitation par an. Pendant cette période, nous employons 900 personnes, dont 800 saisonniers.

Quelle est votre stratégie de développement?

Aujourd’hui, notre parc hôtelier s’élève à 16 établissements ouverts, ainsi que 4 en travaux. Nous dispo- sons aussi de 10 résidences hôtelières, d’un peu moins de 300 appartements et également de chalets de luxe. L’objectif est de compter 30 hôtels d’ici à 2026.

Cette activité nécessite des fonds importants...

Effectivement : nous avons levé 400 millions d’euros l’été dernier auprès du fonds RoundShield. Cela nous a permis d’acheter des actifs valorisés à 130 millions d’euros et de rénover les hôtels rachetés. Dans 80 % des cas, nous essayons de re- mettre à neuf afin d’améliorer le confort ainsi que l’efficacité énergétique des bâtiments. Parfois, il vaut mieux détruire, quand il y a de l’amiante, par exemp[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi