Etats-Unis : trois mois de répit sur le plafond de la dette US

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
BELI.PA28,96-1,13

Le (Paris: FR0000072399 - actualité) débat sur le plafond de la dette continue d'empoisonner la vie politique américaine... A la veille du week-end et juste avant l'investiture de Barack Obama pour son deuxième mandat, les élus républicains au Congrès ont accepté de faire un geste (limité) sur le plafond de la dette... Celui-ci va être relevé, comme le souhaite le président américain, mais seulement pour une durée de trois mois !

En effet, pour pérenniser une hausse de ce plafond, les Républicains, qui contrôlent la Chambre des représentants, veulent que les Démocrates, majoritaires au Sénat, votent de fortes coupes budgétaires... "La semaine prochaine, nous allons autoriser un relèvement temporaire du plafond de la dette pour une durée de trois mois pour donner le temps au Sénat et à la Chambre d'adopter un budget", a déclaré Eric Cantor, le chef de file des républicains à la chambre. De son côté, la Maison Banche a bien accueilli cette initiative, mais à condition qu'elle ne s'accompagne pas de réductions des dépenses budgétaires supplémentaires. Il est donc à craindre que le jeu du chat et de la souris auquel se livrent Démocrates et Républicains depuis des mois, ne se poursuive encore pendant de longues semaines...

Le plafond de la dette (16.400 Milliards de Dollars) a en effet été atteint le 31 décembre dernier, mais le Trésor américain est parvenu à repousser l'échéance en usant de quelques tours comptables. Tim Geithner le secrétaire au Trésor a toutefois indiqué la semaine passée que ces mesures d'urgence ne tiendront que jusqu'à mi-février ou début mars.

A noter que jusqu'à présent, cette querelle n'a pas eu d'effets significatifs sur les marchés financiers, qui préfèrent se focaliser sur les signes de reprise économique qui pointent aux Etats-Unis (réduction progressive du chômage, reprise immobilière...). Cette indulgence pourrait cependant ne pas durer, d'autant que de plus en plus d'Américains se disent inquiets de la situation budgétaire de leur pays, dont la dette publique dépasse 100% du PIB. Ainsi, l'indice du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan et 'Reuters' est tombé à 71,3 pour janvier (lecture préliminaire), contre 72,9 en décembre et 75 pour le consensus. Un "coup de blues" à mettre en relation directe avec le bras de fer et les péripéties entourant la résolution du "fiscal cliff", selon les auteurs de l'étude. Ils soulignent que le débat sur le plafond de la dette pourrait affaiblir encore la confiance à l'avenir...