La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    43 173,23
    -4 021,05 (-8,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Les États-Unis tentent à nouveau d’obtenir l’extradition de Julian Assange

·1 min de lecture
En janvier dernier, une première demande d'extradition avait été refusée par la justice anglaise, mais les États-Unis étaient parvenus à faire appel.
En janvier dernier, une première demande d'extradition avait été refusée par la justice anglaise, mais les États-Unis étaient parvenus à faire appel.

À mesure que le fondateur de WikiLeaks se rapproche de la liberté, les États-Unis intensifient leurs efforts pour obtenir l?extradition de Julian Assange. Caché depuis sept ans dans l?ambassade d?Équateur à Londres (Royaume-Uni), puis incarcéré deux ans et demi à la prison de Belmarsh, Julian Assange espère de plus en plus échapper à la prison.

En janvier dernier, une juge anglaise avait rejeté une première demande d?extradition émise par Washington, mettant en avant le risque de suicide que pourrait provoquer une traversée forcée de l?Atlantique pour Julian Assange aux États-Unis, le lanceur d?alerte risque en effet 175 ans.

Mais Washington a obtenu de pouvoir faire appel de cette décision, remettant notamment en cause la fiabilité d?un expert qui avait témoigné en sa faveur. Le psychiatre Michael Kopelman avait en effet reconnu avoir trompé la justice en « dissimulant » le fait que son client était devenu père alors qu?il était cloîtré à l?ambassade d?Équateur à Londres.

Cet appel, qui doit se dérouler sur deux jours à la Haute Cour, constitue l?un des derniers recours pour Washington, qui, en cas de nouvelle défaite, n?aurait plus comme possibilité que de saisir la Cour suprême britannique, sans être assuré que cela lui soit accordé. En cas de victoire, ce ne serait pas la fin de l?affaire, qui serait alors renvoyée devant un tribunal amené à se prononcer sur le fond.

À LIRE AUSSIWikiLeaks : Assange condamné à 50 semaines de prison en Grande-Bretagne

« Mal e [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles