Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 985,04
    +80,80 (+0,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Etats-Unis : les taux encore relevés par la Fed, la dixième fois depuis plus d'un an

Dan Smith / Wikimedia

La Fed relève ses taux pour la dixième fois en un peu plus d'un an ! Cette fois-ci, ils sont relevés d'un quart de point de pourcentage, afin de juguler l'inflation malgré des signes d’essoufflement de l'économie et en dépit de la récente crise bancaire. Le principal taux directeur de la Fed se situe désormais dans une fourchette de 5,00 à 5,25%, au plus haut depuis 2006, une décision prise à l'unanimité, a annoncé l'institution dans un communiqué publié à l'issue de la réunion de son comité de politique monétaire (FOMC). Le président de la Fed, Jerome Powell, tiendra une conférence de presse à 14h30 (18h30 GMT). De nombreux acteurs du marché attendent désormais une pause dans ces hausses de taux, qui renchérissent le coût du crédit pour les ménages et les entreprises, et, en ralentissant l'activité économique, doivent permettre de desserrer la pression sur les prix.

Les responsables de la Fed, dans le communiqué, semblent moins fermes sur de futures hausses des taux que lors des réunions précédentes. Ils précisent qu'ils observeront les effets des décisions successives, et le délai avec lequel elles font effet sur l'économie réelle, mais aussi les "développements économiques et financiers", pour décider de la nécessité ou non de resserrer encore, afin de ramener l'inflation à 2,00%. Cela marque un changement de ton par rapport aux précédentes réunions, lorsqu'ils anticipaient qu'il serait nécessaire de continuer à relever les taux. La crise bancaire a apporté un soutien inattendu (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les Windsor : la famille royale, un boulet ou une aubaine pour l'économie britannique ?
JO de Paris 2024 : plus de 200.000 candidatures reçues pour devenir bénévole
Un vaccin contre la bronchiolite approuvé, première mondiale
La Russie a établi un mur de mines pour déjouer la contre-offensive ukrainienne
Les retraites en or de ces eurodéputés français