La bourse ferme dans 2 h 37 min

Etats-Unis, Russie, Chine... comment se comportent vos partenaires étrangers en cas de crise au bureau ?

Une parole de travers, un comportement déplacé, une phrase mal comprise : les raisons susceptibles de faire capoter une relation avec des partenaires étrangers sont nombreuses. Et la manière d'exprimer un point de divergence varie selon les pays. Les Russes aiment ferrailler, les Hollandais se montrent très cash dans leurs remarques, tandis que les Chinois feront tout pour éviter un conflit, inacceptable à leurs yeux. Revue de détail des rapports de force et des manifestations de désaccord.

Aux USA, on va au conflit froidement

Michel, Français, directeur de zone Amérique du Nord, reçoit Bill, patron de la filiale américaine, pour son entretien annuel. Celui-ci se voit reprocher de mauvais résultats. Il demande à son boss de préciser ce qu'il entend par là : Michel se contente de lui répondre que les ventes n'ont pas atteint le niveau espéré. Pour Bill, ces critiques sont injustifiées, car aucun indicateur de performance ne permettait de mesurer les résultats. La situation se tend. L'Américain décide de donner sa démission : il ne se sent pas capable de maintenir une collaboration dans un environnement où les règles ne sont pas claires. Aucune affectivité n'est engagée dans sa décision. Il n'en veut pas à Michel et n'en fait pas une affaire personnelle : leur relation est purement transactionnelle. Le Français, en revanche, ressent cette démission comme un affront.

Décryptage : les Américains voient les conflits comme des sources d'opportunités. En cas de désaccord, ce n'est pas l'orgueil ou l'affectif qui les guident mais un pragmatisme pour en sortir de la meilleure façon. Quitte à passer en force et à opter pour une solution radicale. Le conflit ne leur fait pas peur. Toutefois, ils se montrent mal à l'aise avec les éclats de voix et les emportements qui émaillent souvent nos discussions en France.

>> A lire aussi - Avec des salariés américains, soyez positif !

Au Brésil, on dramatise à outrance

Paul a décidé de retirer à Pedro la distribution de ses produits pour l'Etat

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Coronavirus chinois : notre carte en temps réel de l’épidémie
APL, RSA… quel impact d’une forte hausse des prestations sociales pour les plus modestes ?
Et si on instaurait une taxe foncière pour le SDF ?
Assurance vie : ces alternatives aux fonds euros qui peuvent rapporter plus
BMW INext, Cadillac EV... 5 concept cars "propres" pour demain