La bourse ferme dans 2 h 16 min
  • CAC 40

    6 652,12
    -60,36 (-0,90 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 931,75
    -30,66 (-0,77 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0455
    +0,0050 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 750,80
    -3,20 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    15 485,95
    -463,52 (-2,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    379,41
    -3,25 (-0,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,24
    -2,04 (-2,67 %)
     
  • DAX

    14 403,82
    -137,56 (-0,95 %)
     
  • FTSE 100

    7 455,47
    -31,20 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 162,83
    -120,20 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    17 297,94
    -275,64 (-1,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,2060
    -0,0031 (-0,26 %)
     

Les États-Unis résistent bien sur le front de l'inflation

Jonathan Ernst

Le rythme annuel de la hausse des prix est revenu en un mois de 8,5% à 7,7%. Mais la Fed ne désarme pas face au risque de spirale.

Bonne nouvelle: en octobre, l'indice des prix à la consommation n'a progressé "que" de 7,7% sur un an aux Etats-Unis, contre une prévision de 7,9% et un rythme de 8,5% en septembre. Le chiffre de 8% évalué pour 2022 par le Fonds monétaire international (voir graphique), annoncé en octobre dernier, devrait être tenu. Concernant la croissance, l'organisation internationale estime qu'elle est toujours au rendez-vous, même si elle sera inférieure à 2%.

Le cauchemar de la "stagflation" s'éloigne-t-il ? Bien trop tôt pour le dire. La Réserve fédérale (Fed) se garde bien, en tout cas, de crier victoire. Elle a fait passer les taux d'intérêt de 0% à près de 4% en quelques mois, ils pourraient encore grimper à 4,5% l'an prochain selon ses économistes. Et Jerome Powell, son président, n'exclut pas qu'ils progressent encore davantage.

Pessimisme des Américains

N'empêche, le chiffre d'octobre montre une nette décélération dans des secteurs importants : la hausse des prix dans l'habillement ou les véhicules d'occasion, par exemple, s'est nettement assagie. Cela vient sans doute d'un plus grand pessimisme des Américains sur leur économie et leurs finances, qui se constate clairement dans la chute du "sentiment" des consommateurs sondés mensuellement par l'université du Michigan, un indicateur qui fait référence.

Restent deux grandes interrogations. Première d'entre elles : l'économie va-t-elle vraiment ralentir ? Le chiffre hebdomadaire des nouveaux demandeurs d'emploi reste résilient, avoisinant ce qu'il était en moyenne en 2019, avant la pandémie. En clair, de nombreux employeurs conservent leurs salariés, malgré les annonces très remarquées de "charrettes" au sein des géants de la tech.

Sage anticipation

Deuxième question, centrale pour ce qui est de la lutte contre l'inflation : les anticipations en matière de hausse des prix vont-elles changer ? C'est en effet l'une des surprises des enquêtes: les Américains continuent de considérer la fièvre inflationniste comme un événement pas[...]

Lire la suite sur challenges.fr

À lire aussi :

VIDÉO - Zone euro : Bruxelles prévoit une récession en fin d'année avec une inflation plus forte que prévu