Marchés français ouverture 34 min
  • Dow Jones

    31 176,01
    -12,39 (-0,04 %)
     
  • Nasdaq

    13 530,92
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 631,45
    -125,41 (-0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,2161
    -0,0012 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    29 458,78
    -468,98 (-1,57 %)
     
  • BTC-EUR

    25 885,32
    +758,88 (+3,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    623,20
    +13,21 (+2,17 %)
     
  • S&P 500

    3 853,07
    +1,22 (+0,03 %)
     

Etats-Unis: les représentants approuvent la mise en accusation de Donald Trump

·2 min de lecture

A sept jour de la fin de son mandat, les représentants ont voté pour la mise en accusation de Donald Trump, ouvrant la voie à une deuxième procédure d'impeachment à son encontre.

Une semaine après l'irruption au Capitole de partisans de , la Chambre américaine des représentants a approuvé ce mercredi sa mise en accusation pour "incitation à l'insurrection", lors d'un discours prononcé avant les violences.

Il s'agirait de la deuxième de son mandat, ce qui est inédit. A sept jours de la fin de ce mandat et de l'investiture de , cette mise en accusation ouvre la voie à un procès au Sénat, mais Mitch McConnell, chef de file de la majorité républicaine à la chambre haute, n'a toutefois pas l'intention d'utiliser ses prérogatives pour convoquer les sénateurs dès cette semaine, a fait savoir son porte-parole sur Twitter.

Washington a été placée en état d'alerte après les violences de mercredi. Plusieurs milliers de partisans de Donald Trump ont pénétré de force au Capitole, interrompant le processus de certification des résultats de l'élection présidentielle de novembre. Cinq personnes ont trouvé la mort dans ces violences.

Des milliers de soldats de la Garde nationale ont été déployés et plusieurs d'entre eux, en treillis et armes à portée de main, ont été aperçus à l'intérieur du bâtiment du Capitole avant l'ouverture des débats.

Les démocrates avaient tenté en vain mardi de convaincre Mike Pence d'invoquer le 25e amendement de la Constitution pour démettre Donald Trump de ses fonctions. Le vice-président a écarté mardi soir cette hypothèse.

"Je ne pense pas qu'une telle démarche soit dans le meilleur intérêt de notre nation et cohérente à l'égard de notre Constitution", écrit-il dans une lettre adressée à la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi.

Malgré cette lettre, la Chambre a adopté par 223 voix contre 205 une résolution demandant formellement à Mike Pence d'agir pour démettre Donald Trump de ses fonctions.

"Trahison"

Alors que la Chambre s'apprête à se prononcer sur la destitution de Donald Trump, l'homme d'affaires ne semble plus être en mesure d'imposer ses vues au Parti républicain.

Liz Cheney, numéro trois da[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi