Marchés français ouverture 3 h 46 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,57
    +89,39 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2160
    -0,0009 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    29 463,49
    +72,23 (+0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    26 079,44
    -714,81 (-2,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    637,97
    -9,35 (-1,44 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Etats-Unis: Joe Biden, président fort par surprise

·2 min de lecture

En quelques jours, tout a changé: exit Donald Trump et son ombre menaçante d'ex-président adulé, bonjour la majorité démocrate au Sénat. A la veille de devenir le 46e président des Etats-Unis, une incroyable suite d'événements place Joe Biden en position de force.

L'assaut du 6 janvier contre le Capitole? Scandaleux, terrifiant, bien sûr. Mais aussi, inespéré. Il serait ridicule de prétendre que se réjouit d'avoir vu . C'est un moment tragique dans l'histoire américaine. Mais la réaction indignée du monde politique, à droite comme à gauche, tombe à pic pour un politicien qui s'est vendu au pays comme un homme de réconciliation: "Franchement, je pense qu'elle me facilite le travail", a-t-il reconnu.

Il y a encore quelques jours, il se préparait à gouverner avec un Sénat contre lui, un président sortant adoré de ses troupes et une opinion sceptique sur ses chances d'accomplir grand chose à la Maison-Blanche. Mitch McConnell, le leader républicain du Sénat, peaufinait déjà les obstacles et humiliations en série qu'il avait infligées à Barack Obama: lois bloquées, nominations de ministres retoquées, crédits asséchés au nom d'une orthodoxie anti-dette que les Républicains ont remisée aux oubliettes pendant les années Trump.

Scénario dépensier

Aujourd'hui? Ecoutez ce que dit celui qui sera président le 20 janvier, il y a de quoi se pincer: le plan de sauvetage sanitaire et économique sur lequel le Congrès sera très rapidement appelé à voter coûtera "dans les milliers de milliards" de dollars, annonce Biden. "La facture sera élevée", mais justifiée: "Nous devons investir dans la dépense financée par le déficit pour générer de la croissance économique", comme le pensent "tous les économistes qui comptent", car "si nous n'agissons pas maintenant, les choses empireront dramatiquement et il sera bien plus difficile de sortir plus tard du trou". Fermez le ban! Dans leurs pires cauchemars, les Républicains n'imaginaient pas un tel scénario dépensier.

Observez, aussi, les hommes qui comptent à Washington. Toujours il y a quelques semaines, Bernie Sanders ne cachait pas sa frustration . "Je l'ai dit aux gens de Biden: le mouvement progressiste représente 35 à 40% de la coalition démocratique", confiait-il à un journaliste d'Axios. Et qu'a[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi