La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,26 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    29 114,01
    +138,74 (+0,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -200,97 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,14 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,08 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +77,00 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Etats-Unis : polémique chez Google après le licenciement d'une chercheuse noire

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Ils veulent comprendre. Plus de 1 200 employés de Google et plus de 1 500 universitaires et membres de la société civile avaient signé vendredi 4 décembre une lettre mise en ligne jeudi demandant au géant de l'internet de s'expliquer après le licenciement d'une chercheuse noire travaillant sur les questions d'éthique liées à l'intelligence artificielle.

Timnit Gebru a tweeté mercredi que ses supérieurs hiérarchiques avaient accepté une démission qu'elle affirme ne pas avoir soumise, après qu'elle s'est plainte auprès d'un groupe interne du fait que la firme californienne "réduise au silence les voix marginalisées".

Demande de retrait d'un article

Selon Timnit Gebru, Google lui a reproché certains "aspects" du courriel envoyé à ce groupe interne, qui seraient "en contradiction avec ce qu'on attend d'un manager chez Google".

Selon la radio publique américaine NPR, elle avait aussi confié à ce groupe avoir reçu l'ordre de retirer un article scientifique sur l'éventuelle utilisation d'une intelligence artificielle pour imiter des propos haineux ou biaisés. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi