La bourse ferme dans 1 h 37 min
  • CAC 40

    5 570,71
    -0,58 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 517,38
    +5,48 (+0,16 %)
     
  • Dow Jones

    29 872,50
    -173,77 (-0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1902
    -0,0017 (-0,14 %)
     
  • Gold future

    1 811,60
    +0,40 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    14 209,42
    -878,14 (-5,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    330,48
    -40,03 (-10,80 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,23
    -0,48 (-1,05 %)
     
  • DAX

    13 306,24
    +16,44 (+0,12 %)
     
  • FTSE 100

    6 371,99
    -19,10 (-0,30 %)
     
  • Nasdaq

    12 094,40
    +57,62 (+0,48 %)
     
  • S&P 500

    3 629,65
    -5,76 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 537,31
    +240,45 (+0,91 %)
     
  • HANG SENG

    26 819,45
    +149,70 (+0,56 %)
     
  • GBP/USD

    1,3327
    -0,0056 (-0,42 %)
     

Etats-Unis : Donald Trump claque la porte d'une interview télévisée en dénonçant le ton des questions

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Le président américain a diffusé sur sa page Facebook l'enregistrement de cette interview de CBS, en contravention de l'accord entre la Maison Blanche et la chaîne, estimant que la journaliste avait notamment fait preuve de "parti pris".

Il leur a grillé la priorité. Le président américain, Donald Trump, a publié, jeudi 22 octobre, l'enregistrement de la Maison Blanche d'une interview accordée à la chaîne CBS qui n'était pas encore diffusée, et dont il a claqué la porte en accusant la journaliste de partialité.

Le chef d'État a expliqué dans un tweet (en anglais) qu'il voulait anticiper la diffusion de l'interview dans l'émission "60 Minutes", dimanche, afin d'exposer au grand jour "le parti pris, la haine et l'impolitesse" de la chaîne.

Il s'estime traité injustement

La vidéo brute de 37 minutes, publiée par le président sur sa page Facebook en contravention de l'accord entre la Maison Blanche et la chaîne, semble montrer l'interview du début à la fin, et montre un Donald Trump frustré par le ton des questions.

La journaliste, Leslie Stahl, relance plusieurs fois Donald Trump et questionne ses réponses à certains sujets sensibles, comme la gestion de la pandémie de Covid-19. Le président finit par annoncer qu'il annule la partie de l'interview pendant laquelle il devait être rejoint par le vice-président Mike Pence (à la fin de la vidéo).

"Votre première phrase a été : 'les questions vont être dures'. Ça ne me dérange pas, mais quand vous avez arrangé l'interview, vous n'avez pas dit ça. Vous avez dit 'Oh, faisons une interview sympa'", (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi