Marchés français ouverture 48 min
  • Dow Jones

    31 802,44
    +306,14 (+0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 609,16
    -310,99 (-2,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 027,94
    +284,69 (+0,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,1861
    +0,0008 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 572,05
    +31,22 (+0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    45 287,44
    +2 054,06 (+4,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 081,58
    +57,37 (+5,60 %)
     
  • S&P 500

    3 821,35
    -20,59 (-0,54 %)
     

Les Etats-unis en défaut de population, la démographie en panne

·2 min de lecture

Fin d'une exception ? Le moteur démographique des Etats-Unis, avec 329 millions d'habitants, ralentit, faute de naissances et d'apport migratoire.

Durant longtemps, l'Amérique a constitué une exception démographique. Une forte immigration et un taux de fécondité relativement élevé y faisaient croître plus rapidement la population que dans les autres pays riches.

Mais cette situation à part touche peut être à sa fin, avec plusieurs grands Etats qui ont perdu leur dynamique de croissance.

La population de la Californie stagne et pourrait même décroître. L'Illinois, qui a perdu 250 000 résidents en une décennie, enregistre un déficit démographique depuis sept années consécutives. Mais c'est à New York que la chute est la plus forte : l'Etat a perdu 126 000 habitants sur les six premiers mois de 2020, soit 0,65 % de sa population. La croissance de quelques Etats, notamment dans le Sud, ne compense pas ce fléchissement.

De janvier à juillet 2020, la population américaine a crû de seulement 0,35 %, soit une hausse de 1,2 million d'habitants pour un total de 329 millions. Le chiffre n'a pas été aussi faible depuis 1900. Ce phénomène est dû en partie à la chute de l'immigration, qui explique la stagnation démographique de villes comme Los Angeles, New York ou Chicago, et qui participe aussi à la baisse de la fécondité. Le taux de natalité par Américaine atteint 1,7 enfant par femme en moyenne, au plus bas depuis des décennies. Il est inférieur au taux français (1,9), identique au Britannique et à peine plus haut que le Canadien (1,5).

Nul doute que la politique migratoire restrictive de Donald Trump a accentué la tendance. Et même si l'administration Biden pourra revenir sur certaines restrictions, elle ne pourra sans doute pas les supprimer toutes, du moins à court terme.

Pour ne rien arranger, deux chercheurs de Berkeley, Joshua Goldstein et Ronald Lee, estiment que les décès dus au Covid, qui pourraient dépasser le demi-million en avril 2021, vont faire chuter de plus d'un an l'espérance de vie. De plus, les experts estiment à 340 000 le nombre de naissances qui n'auront pas lieu en 2021 en raison de la situation s[...]

Lire la suite sur challenges.fr