Marchés français ouverture 1 h 21 min
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,80 (+0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    26 892,51
    +153,48 (+0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,0598
    +0,0036 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    20 358,10
    -359,14 (-1,73 %)
     
  • BTC-EUR

    28 476,85
    +532,16 (+1,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    673,79
    +0,42 (+0,06 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     

Etats-Unis: la Cour suprême s'apprête à annuler le droit à l'avortement, selon Politico

La Cour suprême des Etats-Unis serait sur le point d'annuler un arrêt historique reconnaissant depuis près d'un demi-siècle le droit à l'avortement aux Etats-Unis, selon un projet de loi qui a fait l'effet d'une bombe à Washington.

La est sur le point d'annuler un arrêt historique reconnaissant depuis près d'un demi-siècle le droit à l'avortement, selon un projet de décision qui a fuité, faisant l'effet d'une bombe à Washington.

Le site d'informations , s'appuyant sur une fuite inédite de documents, a indiqué tard lundi s'être procuré l'avant-projet d'une décision majoritaire rédigé par le juge conservateur Samuel Alito et daté du 10 février.

Des centaines de personnes se sont spontanément massées devant la Cour suprême à Washington, certains pour protester, d'autres pour se réjouir.

L'arrêt Roe v. Wade qui, en 1973, a estimé que la Constitution américaine protégeait le droit des femmes à avorter, était "totalement infondé dès le début", selon ce texte de 98 pages qui peut faire l'objet de négociations jusqu'au 30 juin.

"Nous estimons que Roe v. Wade doit être annulé", écrit Samuel Alito dans ce document, appelé "Avis de la Cour" et publié par Politico.

"L'avortement constitue une question morale profonde", estime M. Alito. "La Constitution n'interdit pas aux citoyens de chaque État de réglementer ou d'interdire l'avortement".

"La conclusion inéluctable est que le droit à l'avortement n'est pas profondément enraciné dans l'histoire et les traditions de la Nation", selon lui. Il "n'est protégé par aucune disposition de la Constitution".

Compte tenu des importantes fractures géographiques et politiques sur le sujet, une moitié des Etats, surtout dans le Sud et le centre conservateurs et religieux, devraient rapidement le bannir sur leur sol.

Des responsables démocrates ont dénoncé l'éventuelle décision. Elle constituerait "une abomination, l'une des décisions les pires et les dommageables de l'histoire moderne", ont estimé dans un communiqué conjoint la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles