La bourse ferme dans 6 h 4 min
  • CAC 40

    5 791,31
    +88,09 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 688,28
    +51,84 (+1,43 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2044
    -0,0044 (-0,36 %)
     
  • Gold future

    1 744,20
    +15,40 (+0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    39 284,84
    +1 335,96 (+3,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    950,18
    +17,05 (+1,83 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,41
    +0,91 (+1,48 %)
     
  • DAX

    13 935,77
    +149,48 (+1,08 %)
     
  • FTSE 100

    6 596,74
    +113,31 (+1,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • GBP/USD

    1,3954
    +0,0032 (+0,23 %)
     

États-Unis: Trump annonce la réouverture des frontières aux Européens, l'équipe Biden le contredit

Ambre Lepoivre avec AFP
·3 min de lecture
Joe Biden et Donald Trump, durant leur dernier débat de la campagne pour la présidentielle américaine à Nashville, dans le Tennessee, le 22 octobre 2020 - JIM BOURG © 2019 AFP

Les différentes positions de Donald Trump et de l'équipe Biden est une nouvelle illustration du décalage entre les deux camps.

Le président Donald Trump a annoncé lundi la prochaine réouverture des frontières américaines aux ressortissants européens de l'espace Schengen, aux Britanniques, Irlandais ainsi qu'aux Brésiliens à compter du 26 janvier, avant d'être immédiatement contredit par la porte-parole du futur président Joe Biden.

"Ce n'est pas le moment de lever les restrictions sur les déplacements internationaux", a déclaré, sur son compte Twitter, Jen Psaki, qui doit officiellement prendre mercredi ses fonctions de porte-parole du nouveau président Joe Biden.

Les tweets sont tombés quelques minutes seulement après l'annonce de la décision de Donald Trump, justifiée par l'instauration, à la même date, d'une obligation de présenter un test négatif de dépistage du coronavirus à l'entrée sur le territoire américain.

"Renforcer les mesures"

Pour ralentir la progression de la pandémie, Donald Trump avait fermé les frontières des États-Unis aux 26 pays de l'espace Schengen le 11 mars 2020, puis au Royaume-Uni et à l'Irlande le 14, avant d'en faire autant pour le Brésil le 24 mai.

"Sur les conseils de notre équipe médicale, le (futur) gouvernement n'entend pas lever ces restrictions le 26 janvier", a écrit Jen Psaki sur Twitter. "D'ailleurs", a-t-elle ajouté, "nous prévoyons de renforcer les mesures de santé publique appliquées aux voyages internationaux pour lutter encore davantage contre la diffusion du Covid-19."

C'est un nouvel épisode d'une transition sans précédent dans l'histoire moderne des États-Unis, le président sortant Donald Trump entendant limiter au minimum les contacts avec l'équipe de Joe Biden. Donald Trump prévoit d'ailleurs de quitter Washington avant même la cérémonie d'inauguration de son successeur, mercredi.

La menace des variants

Les États-Unis font actuellement face à la pire phase de la pandémie que le pays ait connu à ce jour, avec plus de 20.000 décès sur les six derniers jours. La future porte-parole de la Maison Blanche a également que des variants du virus beaucoup plus contagieux avaient récemment été identifiés pour la première fois au Royaume-Uni et en Afrique du Sud. Le variant britannique a déjà fait son chemin jusqu'aux États-Unis, où il a été retrouvé chez des patients dans plusieurs régions.

Quelque 10,5 millions de personnes ont déjà été vaccinées contre le coronavirus aux États-Unis, mais la campagne a connu de nombreux ratés. Moins de 40% des doses distribuées ont été administrées à ce jour, mais plusieurs régions menacent de se retrouver à cours de vaccins dès cette semaine, notamment dans l'État de New York.

L'échange entre Donald Trump et l'équipe Biden est une nouvelle illustration du décalage entre les deux camps. D'un côté, le président républicain est partisan d'une levée des restrictions, sur le territoire américain ou vis-à-vis de ses principaux partenaires. De l'autre, Joe Biden veut jouer la prudence et cherche davantage à donner aux Américains les ressources économiques nécessaires pour tenir jusqu'à la fin de la pandémie, notamment avec un plan de soutien massif de 1900 milliards de dollars.

Le 46ème président des Etats-Unis a annoncé samedi qu'il prendrait, dès mercredi, un décret pour rendre obligatoire le port du masque dans les locaux et espaces dépendant de l'Etat fédéral, ainsi que lors des déplacements entre Etats, ce que Donald Trump s'était toujours refusé à faire.

Article original publié sur BFMTV.com