Marchés français ouverture 7 h 51 min
  • Dow Jones

    33 945,58
    +68,61 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    14 253,27
    +111,79 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 884,13
    +873,20 (+3,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1946
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 309,76
    -179,24 (-0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    27 232,91
    +650,46 (+2,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    767,68
    -26,65 (-3,36 %)
     
  • S&P 500

    4 246,44
    +21,65 (+0,51 %)
     

Aux Etats-Unis, une base de données gouvernementale exploitée par les anti-vaccins

·2 min de lecture

Les "antivax" américains n'ont pas dit leur dernier mot, alors que les "fake news" sur la vaccination représente un frein important pour obtenir l'immunité collective.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis, la désinformation a représenté l'un des obstacles les plus importants dans la lutte contre la maladie, incitant les Américains à la considérer comme bénigne et à ignorer les mesures destinées à atténuer ses risques. Maintenant que les pouvoirs publics tentent de mettre fin à l'épidémie avec une campagne de vaccination nationale, la propagation de fausses nouvelles continue et semble même avoir encore un coup d'avance.

Certains exploitent en effet le Système de signalement d'effets indésirables des vaccins (VAERS), une base de données publique officielle du gouvernement américain, et tentent de saper la confiance du public vis-à-vis des injections, déformant les statistiques et les présentant comme preuves que les vaccins tuent régulièrement.

L'un des exemples de manipulation les plus flagrants s'est déroulé dans l'Etat de Virginie, où le VAERS a été utilisé pour signaler la mort prétendue d'une fillette de deux ans, moins d'une semaine après avoir reçu une dose du vaccin de Pfizer-BioNTech.

Bien qu'infondée, l'information s'est répandue sur les réseaux sociaux, un article affirmant que le décès était intervenu durant "des expériences de vaccin sur les enfants". Mais les Centres américains de lutte et de prévention des maladies, principale agence fédérale de santé publique, ont déclaré à l'AFP que le signalement avait été "complètement falsifié".

Une "intox"

Ce dernier affirme ainsi que la fillette de deux ans avait reçu le vaccin le 25 février 2021, soit plus d'un mois avant le début des essais cliniques de Pfizer-BioNTech sur les enfants de cet âge. Il indique également qu'elle avait été hospitalisée pendant 17 jours, alors que le décès était censé s'être produit six jours après l'administration du vaccin.

Les autorités de santé de Virginie ont déclaré n'avoir "trouvé aucune preuve que cet événement se soit produit", et les CDC, qui gèrent le VAERS et examinent les décès supposément liés aux vaccins contre [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles