La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    41 558,06
    +415,39 (+1,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Estimé à plus de 2 millions d’euros le "joyau des Hautes-Alpes" finalement vendu pour… 600.000 euros !

·1 min de lecture

C'est une très belle affaire pour l'acheteur... un peu moins pour le vendeur ! Le château de Fort Queyras, imposante bâtisse nichée au coeur d'une étroite vallée des Hautes-Alpes, a été vendu aux enchères 661.000 euros, jeudi 15 avril, au tribunal de Gap, a annoncé son ancien propriétaire.

Un prix décevant alors que la bâtisse était estimée entre deux et trois millions d'euros. L'acheteur est une société civile immobilière (SCI) basée à Aix-en-Provence, a détaillé François Marty, qui n'en connaît pas le bénéficiaire final. Sa demande de report de l'audience a été rejetée.

En raison de difficultés financières, sa banque l'avait conduit à vendre ce complexe de remparts, bâtisses, cours et donjon, totalisant 6.500 mètres carrés dont 3.500 aménageables, qui domine la rivière du Guil, dans la vallée du Queyras.

>> A lire aussi - Brésil : carton plein pour les enchères d'infrastructures

"Déçu" par un prix de vente "pas en adéquation avec la valeur du site", il estime cette vente "faussée" par les conditions des enchères, réalisées en plein confinement. "A ce prix-là, il y aura certainement une surenchère", ajoute-t-il, assurant que "toute personne peut dire 'je relance'" d'ici à dix jours, ce qui provoquerait une nouvelle audience d'enchères, selon lui.

"Il faut que les futurs acquéreurs ne soient pas entravés dans leur déplacement" pour la visite du château puis de la vente, poursuit François Marty, un investisseur immobilier basé à Aix-en-Provence.

Trois avocats ont "poussé les enchères" (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Des marchands de sommeil transforment des bureaux en logements insalubres
En colère contre un promoteur immobilier, le maire de Marseille se déplace en personne sur le chantier
Copropriété : les syndics professionnels épinglés par la Répression des fraudes
Propriétaires, pourquoi il est désormais indispensable de conserver vos justificatifs de travaux
Forêts, vignes, maisons à la campagne : cette nouvelle plateforme qui identifie les prix autour de chez vous