La bourse ferme dans 5 h 54 min
  • CAC 40

    5 512,02
    -11,50 (-0,21 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 575,08
    -17,75 (-0,49 %)
     
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,2133
    -0,0035 (-0,29 %)
     
  • Gold future

    1 844,60
    -6,30 (-0,34 %)
     
  • BTC-EUR

    25 886,43
    -418,18 (-1,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    629,91
    -10,01 (-1,56 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,88
    +0,27 (+0,51 %)
     
  • DAX

    13 811,69
    -59,30 (-0,43 %)
     
  • FTSE 100

    6 635,66
    -18,35 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,3743
    +0,0011 (+0,08 %)
     

Esther Duflo : "Face à une crise comme le coronavirus, il faut inclure au maximum"

·1 min de lecture

Depuis huit mois, la pauvreté a bondi en France. Un Français sur trois a subi une perte de revenu et un Français sur sept saute un repas par jour, un sur deux dans les foyers les plus modestes, selon les chiffres du Secours populaire et de l'Armée du salut. Comment ne pas laisser les plus précaires sur le bord de la route de l'épidémie de coronavirus ? Esther Duflo, prix Nobel d'économie dont le dernier livre Économie utile pour des temps difficiles est sorti en mars, a présenté sur Europe 1 quelques propositions, alors que pendant cette pandémie "les riches sont devenus plus riches, les pauvres plus pauvres".

Même si les plus paupérisés sont visés par les mesures annoncées jeudi par Jean Castex, ils restent les premières victimes de la crise du coronavirus…

"Oui. Nos systèmes d'assurance sociale sont davantage construits sur l'exclusion que l'inclusion. On essaye d'éviter de donner aux 'mauvais pauvres' et de ne récupérer que les 'bons pauvres'. Or, devant une crise comme le coronavirus, il faut inclure au maximum. Or on a des systèmes de protection sociale dont l'architecture n'est pas vraiment adaptée pour résoudre ce problème. Il faudrait le réinventer dans une large mesure. (…) On a un système qui est très compliqué, parce qu'il y a cette peur, en arrière-plan, d'aider des gens qui n'en auraient pas vraiment besoin ou qui ne le mériteraient pas vraiment. Il faut que les jeunes, les étudiants, prouvent qu'ils sont vraiment vraiment très pauvres pour mériter le RSA, comme...


Lire la suite sur Europe1