Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 579,29
    -67,81 (-0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0703
    -0,0039 (-0,36 %)
     
  • Gold future

    2 345,90
    +27,90 (+1,20 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 975,55
    -1 321,92 (-2,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 380,31
    -37,57 (-2,65 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,67
    +0,05 (+0,06 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 638,67
    -28,89 (-0,16 %)
     
  • S&P 500

    5 421,85
    -11,89 (-0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2689
    -0,0072 (-0,56 %)
     

Essai - Porsche 911 (964) Carrera 4 (1988) : Irremplaçable, indémodable !

Essai - Porsche 911 (964) Carrera 4 (1988) : Irremplaçable, indémodable !
GREG / SPORT AUTO

Oui, je l’avoue, j’ai grandi dans l’un des quartiers chics de la capitale avec ses mauvais et ses bons côtés. Oublions les mauvais qui se résumaient à savoir lequel de nos petits camarades de classe de lycée avait les dernières Nike ou Reebok à la mode, car je ne portais pas de baskets, pour vous évoquer un souvenir impérissable que j’ai de 1994, permis tout frais en poche, au volant d’une Porsche 911.

Si à la maison nous étions Peugeot, 405 pour être précis, mon père accordant peu d’intérêt à l’automobile, j’avais la chance d’avoir en bas de l’immeuble un fleuriste qui, en plus de vendre des fleurs, achetait, utilisait et revendait des voitures de prestige.

Un beau jour de printemps, il déboula devant son échoppe fleurie de roses et de renoncules au volant d’une splendide Porsche 911 Carrera 4 Cabriolet rouge.

Si les nombreuses Mercedes, BMW ou encore Ferrari (Mondial Cabriolet, pas la plus fantastique, il est vrai) que notre homme à la main verte garait devant sa boutique me faisaient rarement descendre de ma chambre du premier étage, l’arrivée de cette auto me fit dévaler les escaliers quatre à quatre pour aller la voir : « Tu veux l’essayer ? » me sort le commerçant que je côtoyais depuis des années.

PUBLICITÉ

Je n’en croyais pas mes oreilles. Me voilà à 18 ans au volant de la sportive que j’adorais plus que toutes les autres, décapotée, avec la banane au visage mais aussi très stressé de tenir le cerceau d’une voiture de 250 ch.

Presque trente ans plus tard, quand nous avons pris possession du magnifique exemplaire coupé mis à notre disposition par Eleven Cars à Paris, j’ai retrouvé ces sensations si particulières propres aux Porsche 911 à air qui, pour beaucoup, évoquent tout simplement une Volkswagen Coccinelle améliorée.

Il y a d’abord...Lire la suite sur Sport Auto