Marchés français ouverture 8 h 9 min
  • Dow Jones

    33 823,45
    -210,22 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    14 161,35
    +121,67 (+0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    29 018,33
    -272,68 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,1915
    -0,0086 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    28 558,59
    +121,75 (+0,43 %)
     
  • BTC-EUR

    31 718,47
    -957,28 (-2,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    938,66
    -31,22 (-3,22 %)
     
  • S&P 500

    4 221,86
    -1,84 (-0,04 %)
     

Espionnage d'alliés européens: Etats-Unis et Danemark sommés de s'expliquer

·2 min de lecture

Espionnage: la France demande des explications au Danemark et aux Etats-Unis.

Copenhague, AFP - La France a sommé lundi 31 mai les Etats-Unis et le Danemark de s'expliquer sur l'espionnage de responsables européens par le biais des câbles sous-marins danois, nouvelle page du dossier des écoutes entre alliés huit ans après le séisme de l'affaire Snowden.

Selon une enquête de la télévision publique danoise Danmarks Radio (DR) publiée dimanche soir avec plusieurs médias européens, Washington s'est servi au moins jusqu'en 2014 de ce réseau danois pour écouter plusieurs hauts responsables de quatre pays (Allemagne, Suède, Norvège, France), dont la chancelière Angela Merkel.

"C'est extrêmement grave, il faut vérifier si nos partenaires de l'UE, Danois, ont commis des erreurs ou des fautes dans leur coopération avec les services américains", s'est ému le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune.

Côté américain, le ministre a appelé à "voir si en effet, il y a eu l'écoute, l'espionnage de responsables politiques", n'écartant pas l'idée d'"en tirer les conséquences en termes de coopération".

L'espionnage par Washington de ses alliés européens jusqu'au plus haut niveau est largement connu depuis les révélations du lanceur d'alerte Edward Snowden, mais le rôle qu'aurait pu jouer certains pays de l'Union européenne dans l'opération accroît encore le scandale.

Opération Dunhammer

Selon DR, la National Security Agency américaine (NSA) a pu accéder aux SMS, aux appels téléphoniques et au trafic internet, y compris les recherches, les chats et les services de messagerie, des responsables espionnés, parmi lesquels le ministre allemand des Affaires étrangères de l'époque, Frank-Walter Steinmeier.

Que savait Copenhague? Cet espionnage de dirigeants, rendu possible grâce à leur collaboration existante dans le programme "XKeyscore", a-t-il pu avoir lieu à son insu?

Les révélations de DR dimanche reposent sur un rapport confidentiel du renseignement militaire danois (FE). Baptisé "Operation Dunhammer", il avait été commandé à une date i[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles