Marchés français ouverture 5 h 14 min
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,09 (-1,71 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,88 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 924,01
    -13,20 (-0,05 %)
     
  • EUR/USD

    0,9824
    +0,0023 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 068,36
    -154,47 (-0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    19 562,96
    -245,15 (-1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    436,47
    -6,96 (-1,57 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     

Espagne : les salariés de Ryan Air entament une nouvelle grève ce lundi

En Espagne, les voyageurs devront à nouveau s'armer de patience pendant plusieurs mois. Le personnel de Ryan Air se met en grève dès ce lundi 8 août, jusqu'au 7 janvier prochain.

Les membres du personnel de cabine de Ryanair sont appelés ce lundi à une nouvelle grève, la troisième jusqu'à présent cet été, qui durera jusqu'au 7 janvier 2023 en raison du refus de la compagnie de négocier une nouvelle convention collective. Les salariés réclament des augmentations de salaire, et de meilleures conditions de travail.

Concrètement, les syndicats USO et Sitcpla ont appelé les 1600 travailleurs des compagnies Ryanair, Crewlink et Workforce à des arrêts de travail de 24 heures du lundi au jeudi, ce qui, au cours des deux premières semaines, affectera plus d'un million de passagers, avec une moyenne de 130 600 voyageurs par jour.

Chaos aéroportuaire

La grève durera jusqu'au début du mois de janvier, ce qui coïncide avec la période des vacances d'août et de Noël, où les niveaux de trafic sont habituellement très élevés.

Pendant la grève, le ministère espagnol des transports a fixé des services minimums allant de 68% à 85% pour les vols intérieurs à destination et en provenance des îles, et de 36% à 60% pour les vols continentaux dont le temps de trajet est de 5 heures ou plus par les transports publics et les vols internationaux.

Pour les vols intérieurs en Espagne continentale dont le temps de trajet en transports publics est inférieur à 5 heures et qui, pour l'instant, pendant les jours de grève, sont programmés uniquement à Barcelone, les services minimums varient entre 34 % et 38 %.

Les débrayages interviennent dans un contexte marqué par le "chaos" aéroportuaire que connaissent cet été nombre des principaux aéroports européens, en raison de la reprise rapide de la demande, des conflits du travail et du manque de personnel.