La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 810,79
    -167,29 (-0,49 %)
     
  • Nasdaq

    11 440,97
    -180,74 (-1,56 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0847
    -0,0027 (-0,25 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • BTC-EUR

    21 202,66
    -835,46 (-3,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    522,03
    -15,84 (-2,94 %)
     
  • S&P 500

    4 030,34
    -40,22 (-0,99 %)
     

Espace : un trou noir supermassif dévore une étoile sous les yeux des scientifiques

© Handout / European Southern Observatory / AFP

La scène s'est produite à 8,5 milliards d'années-lumière de la Terre : un trou noir  supermassif dévorant une étoile a expulsé les restes de son "repas" dans un jet lumineux, un phénomène très rare que des scientifiques ont réussi à observer. L'attraction gravitationnelle d'un trou noir est telle que lorsqu'une étoile a le malheur de trop s'en approcher, elle est déchirée: la matière qui la compose se disloque, puis tourne très vite autour du trou noir avant qu'une partie n'y soit engloutie à jamais.

Un jet lumineux expliqué grâce à la coordination internationale

Ce phénomène, appelé "rupture par effet de marée", s'accompagne très rarement de l'émission d'un jet lumineux de particules, furtif et voyageant à une vitesse proche de la lumière, issu de la matière de l'étoile. La dernière observation d'un évènement similaire remonte à 2012, rappellent deux études parues cette semaine dans les revues Nature et Nature Astronomy.

 

>> LIRE AUSSI - La première image d'un trou noir supermassif dans notre galaxie révélée par l'EHT

De nouvelles méthodes de détection se sont développées depuis, dont une puissante caméra installée sur l'observatoire Palomar en Californie. Il permet de "scanner le ciel", explique à l'AFP Susanna Vergani, chercheuse CNRS à l'Observatoire de Paris-PSL. Ce télescope, le "Zwicky Transient Facility, "détecte chaque nuit des dizaines de jets lumineux dans le ciel et il est capable de sélectionner les plus intéressants", poursuit l'astrophysicienne, qui a pa...


Lire la suite sur Europe1