La bourse ferme dans 53 min
  • CAC 40

    6 518,07
    -39,33 (-0,60 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 741,73
    -35,65 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    33 777,70
    -221,34 (-0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,0045
    -0,0047 (-0,46 %)
     
  • Gold future

    1 764,20
    -7,00 (-0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    21 385,27
    -2 078,77 (-8,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    509,94
    -31,66 (-5,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,80
    +0,30 (+0,33 %)
     
  • DAX

    13 578,40
    -119,01 (-0,87 %)
     
  • FTSE 100

    7 560,92
    +19,07 (+0,25 %)
     
  • Nasdaq

    12 734,87
    -230,47 (-1,78 %)
     
  • S&P 500

    4 238,03
    -45,71 (-1,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,81 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1809
    -0,0124 (-1,04 %)
     

Espace: SpaceX creuse l'écart avec Arianespace

ESA - D. Ducros

Le premier vol d'Ariane 6 est à nouveau reporté, à 2023. Une cadence d'escargot qui laisse le groupe d'Elon Musk sans véritable concurrence.

Il est des hasards de calendrier qui font mal. Le 13 juin, le patron de l'Agence spatiale européenne Josef Aschbacher officialisait dans une interview à la BBC : le premier vol du lanceur européen, jusqu'alors espéré fin 2022, est désormais prévu en 2023. Le même jour, le obtenait du régulateur américain de l'aérien, la FAA, un premier feu vert très attendu pour les premiers vols orbitaux de son lanceur géant , fusée de près de 120 mètres conçue pour les missions martiennes. Après une enquête de plusieurs mois, la FAA conditionnait quand même cette autorisation à la mise en place de 75 mesures de protection de l'environnement au sein du pas de tir de Boca Chica (Texas) de SpaceX. Des engagements que le groupe d'Elon Musk ne devrait pas avoir trop de mal à tenir.

SpaceX qui rit, l' qui pleure? La différence de dynamique est effectivement frappante. Depuis le début de l'année, le champion californien a réalisé 26 tirs de son lanceur réutilisable Falcon 9, soit un par semaine. Arianespace, lui, n'avait effectué qu'un lancement, celui d'un en février. Un second tir, le premier lancement d'Ariane 5 de l'année, était prévu le 22 juin. Cette cadence d'escargot s'explique aisément: l'Europe n'a quasiment plus de lanceurs à tirer. Ariane 6? Elle affiche trois ans de retard sur son calendrier initial. Ariane 5? En fin de vie, elle n'est plus produite et ses cinq derniers lancements affichent complet. Quant au lanceur russe Soyouz, longtemps tiré de Guyane, il n'est plus disponible depuis l'invasion russe en Ukraine.

Pression maximale

Plusieurs opérateurs satellites, clients d'Arianespace, se retrouvent ainsi dans le flou. Même situation pour l'armée française, dont le satellite espion CSO-3, qui devait être lancé à la fin de l'année 2022, est pour l'instant cloué au sol, en attente d'une fusée disponible. "Nous avons 11 lancements à recaser", précisait le patron d'Arianespace, Stéphane Israël, lors du Paris Air Forum le 7 juin.

L'entrée en service d'Ariane 6 apparaît d'auta[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles