La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 254,06
    -488,76 (-1,41 %)
     
  • Nasdaq

    13 400,32
    -1,54 (-0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0032 (+0,27 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 327,42
    -1 234,74 (-2,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 505,72
    +1 263,04 (+520,46 %)
     
  • S&P 500

    4 152,35
    -36,08 (-0,86 %)
     

Espace : un satellite pour réparer les vieux satellites en orbite

·1 min de lecture

Ce mercredi matin, l’innovation du jour nous emmène dans l’espace. Il existe désormais des satellites dépanneurs. Ils vont pouvoir prolonger la vie des vieux satellites plutôt que de les laisser à l’abandon en orbite.

Un satellite ne fonctionne pas indéfiniment. Au bout d’un moment, il finit par manquer de carburant et par se transformer en épave. Une épave extrêmement dangereuse puisqu’elle file à plus de 20.000 km/h dans l’espace.

C’est devenu un véritable problème. L’orbite étant de plus en plus encombrée, on redoute un scénario catastrophe avec des collisions en chaîne, comme dans le film "Gravity". D’où l’idée d’aller refaire le plein ou réparer les vieux satellites, directement sur orbite, pour étendre leur durée de vie.

Et ils existent ces dépanneurs de l’espace ?

Oui. La toute première mission vient juste de réussir, c’était ce mardi matin.

Un satellite-garagiste totalement robotisé est venu s’arrimer à un vieux satellite de communication. Il était en service depuis 17 ans et n’avait presque plus de carburant. Comme à l’époque rien n’avait été prévu pour refaire le plein, les deux satellites vont rester accrochés l’un à l’autre. Et ce sont les propulseurs du nouveau qui vont prendre le relai de ceux de l’ancien pour maintenir son altitude et son orientation. Il pourra ainsi rester en service au moins cinq années supplémentaires.

Cela ouvre pas mal de perspectives. Envoyer un satellite coûte extrêmement cher. C’est donc aussi une façon de réduire les coûts.

Ça veut dire qu...


Lire la suite sur Europe1