Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 567,06
    +777,56 (+1,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 371,10
    -2,75 (-0,20 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

ESOC 2024 : Une nouvelle étude montre qu'un revenu plus élevé réduit d'un tiers le risque de mortalité par accident vasculaire cérébral

BÂLE, Suisse, 14 mai 2024 /PRNewswire/ -- De nouvelles recherches, présentées aujourd'hui à la 10e Conférence européenne 2024 de l'Organisation européenne de lutte contre les accidents vasculaires cérébraux (ESOC), ont révélé que les personnes à revenu élevé présentent un risque inférieur de 32 % de mortalité après un accident vasculaire cérébral. En outre, les personnes ayant fait des études supérieures présentent un risque de décès inférieur de 26 % après l'accident vasculaire cérébral, ce qui met en évidence des disparités frappantes dans la survie à l'accident vasculaire cérébral en fonction des principaux déterminants sociaux de la santé (SDoH).

L'étude a analysé les données de 6 901 patients victimes d'un accident vasculaire cérébral à Göteborg, en Suède, entre novembre 2014 et décembre 2019, afin d'examiner l'impact des facteurs SDoH sur le risque de mortalité après un accident vasculaire cérébral. L'étude s'est concentrée sur quatre facteurs : le lieu de résidence, le pays de naissance, l'éducation et le revenu.

En plus d'identifier un lien significatif entre le revenu, le niveau d'éducation et le risque de mortalité après un accident vasculaire cérébral, l'étude a révélé une tendance préoccupante concernant l'impact cumulatif des facteurs SDoH. Les patients présentant un facteur défavorable ont été confrontés à un risque de mortalité 18 % plus élevé que les patients n'ayant aucun facteur défavorable. Ce risque a grimpé à 24 % pour les patients présentant deux ou quatre facteurs défavorables.

L'auteur principal, le professeur Katharina Stibrant Sunnerhagen, Université de Göteborg, neuroscience clinique, Göteborg, en Suède, commente, « Nos résultats soulignent une réalité brutale : le statut socio-économique d'une personne peut être une question de vie ou de mort dans le contexte d'un accident vasculaire cérébral, en particulier lorsqu'elle est confrontée à de multiples facteurs de développement durable défavorables. »

PUBLICITÉ

L'étude a également révélé un lien entre l'augmentation du risque de mortalité et d'autres facteurs de risque tels que l'inactivité physique, le diabète, l'abus d'alcool et la fibrillation auriculaire.

Notamment, des informations ont émergé sur les disparités entre les sexes et l'impact potentiel des facteurs de risque lors de l'examen des caractéristiques des patients au sein de la cohorte de l'étude. La proportion de patientes a augmenté avec le nombre de facteurs SDOH défavorables ; 41 % du groupe sans facteurs défavorables étaient des femmes, contre 59 % du groupe avec deux à quatre facteurs défavorables. De plus, le tabagisme, actuel ou au cours de l'année écoulée, était plus fréquent dans le groupe avec deux à quatre facteurs défavorables que ceux qui n'en avaient pas (19 % contre 12 %).

Le professeur Stibrant Sunnerhagen, commentant les mesures nécessaires pour réduire la charge de l'AVC, explique : « À la lumière des résultats de notre étude, des interventions ciblées sont essentielles. « Les décideurs politiques doivent adapter la législation et les approches pour tenir compte des circonstances spécifiques de diverses communautés, tandis que les cliniciens doivent envisager d'identifier les patients présentant des facteurs de DSH défavorables pour prévenir la mortalité après un accident vasculaire cérébral. »

« En nous attaquant à ces disparités, nous avons le potentiel d'améliorer considérablement les résultats en matière de santé publique. »

Cision
Cision

View original content:https://www.prnewswire.com/news-releases/esoc-2024--une-nouvelle-etude-montre-quun-revenu-plus-eleve-reduit-dun-tiers-le-risque-de-mortalite-par-accident-vasculaire-cerebral-302141373.html