La bourse ferme dans 1 h 32 min
  • CAC 40

    6 828,40
    +88,67 (+1,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 142,08
    +52,50 (+1,28 %)
     
  • Dow Jones

    35 009,86
    +110,52 (+0,32 %)
     
  • EUR/USD

    1,1265
    -0,0055 (-0,48 %)
     
  • Gold future

    1 789,50
    +1,40 (+0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    50 667,18
    +2 017,10 (+4,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 429,59
    +0,66 (+0,05 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,23
    +4,08 (+5,99 %)
     
  • DAX

    15 374,84
    +117,80 (+0,77 %)
     
  • FTSE 100

    7 151,05
    +107,02 (+1,52 %)
     
  • Nasdaq

    15 733,32
    +241,67 (+1,56 %)
     
  • S&P 500

    4 641,14
    +46,52 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,92
    -467,70 (-1,63 %)
     
  • HANG SENG

    23 852,24
    -228,28 (-0,95 %)
     
  • GBP/USD

    1,3302
    -0,0036 (-0,27 %)
     

Escalade entre la France et la Grande-Bretagne dans la crise des migrants

·2 min de lecture

La guerre des mots a repris de plus belle vendredi entre Paris et Londres après l'annulation par Gérald Darmanin de la participation britannique à une réunion de crise sur les migrants prévue dimanche, en riposte aux propos de Boris Johnson demandant à la France de reprendre les immigrés arrivant en Grande-Bretagne.

Dans un message à son homologue d'Outre-Manche Priti Patel dont l'AFP a pris connaissance, le ministre de l'Intérieur s'est dit "déçu" des exigences exprimées par le Premier ministre britannique dans un courrier à Emmanuel Macron et a jugé "encore pire" le fait qu'il les rende publiques. "En conséquence je dois annuler notre rencontre dimanche à Calais, je suis sûr que vous comprenez pourquoi", a conclu M. Darmanin.

La mort mercredi au large de Calais d'au moins 27 migrants qui tentaient de gagner la Grande-Bretagne dans le naufrage de leur embarcation a relancé les tensions entre Paris et Londres.

Il s'agit du drame migratoire le plus meurtrier depuis la hausse en 2018 des traversées de la Manche, face au verrouillage croissant du port français de Calais (nord de la France) et du tunnel ferroviaire, empruntés jusque-là.

Si la France et le Royaume-Uni semblaient jusqu'ici vouloir taire leurs désaccords et améliorer leur coordination, Boris Johnson a demandé jeudi soir à Emmanuel Macron de reprendre tous les migrants arrivant en Angleterre depuis la France.

"Je propose que nous mettions en place un accord bilatéral de réadmission pour permettre le retour de tous les migrants illégaux qui traversent la Manche", a indiqué le dirigeant britannique dans une lettre publiée sur Twitter, évoquant des accords similaires conclus par l'UE avec le Bélarus ou la Russie.

"Lettre indigente"

Cette lettre est "indigente sur le fond et déplacée sur la forme", a jugé vendredi le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, sur la chaîne BFMTV. Elle "propose cet accord de +relocalisation+, ce n'est évidemment pas ce dont on a besoin pour régler ce problème", a-t-il tranché.

Malgré ces propos très fermes, Londres a demandé vendredi à Paris de rétablir l'invitation à la ministre britannique de l'Intérieur à la réunion prévue dimanche à Calais avec les ministres chargés de l'immigration belge, allemand, néerlandais et la Commission européenne.

"Aucune nation ne peut s'attaquer [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles