La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 143,00
    -58,14 (-0,81 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 272,19
    -43,71 (-1,01 %)
     
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1416
    -0,0044 (-0,39 %)
     
  • Gold future

    1 817,30
    +0,80 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    37 679,37
    -531,05 (-1,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 037,76
    +12,03 (+1,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,27
    +0,45 (+0,54 %)
     
  • DAX

    15 883,24
    -148,36 (-0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 542,95
    -20,90 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    28 124,28
    -364,82 (-1,28 %)
     
  • HANG SENG

    24 383,32
    -46,48 (-0,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3680
    -0,0030 (-0,22 %)
     

Eric Zemmour, un candidat déjà très fragilisé

·2 min de lecture

SONDAGE EXCLUSIF - Le polémiste, qui s'est officiellement déclaré candidat à la présidentielle ce mardi, décroche de trois points dans notre sondage Harris Interactive à 13% des intentions de vote. Il se situe désormais loin de Marine Le Pen (19-20%) et même derrière Xavier Bertrand (14%).

Il ne pouvait guère redouter . plonge brutalement dans notre baromètre Harris Interactive au premier tour du scrutin, en recul de trois à quatre points sur une semaine, après une série de déconvenues et un déplacement houleux à Marseille, dont l’épilogue –– a fini d’écorner sa stature présidentielle. Un temps proche de la barre des 20%, l’ancien journaliste du Figaro n’est plus crédité que de 13% des intentions de vote, en chute libre et désormais relégué en troisième, voire en quatrième position dans le scénario d’une candidature de Xavier Bertrand à droite.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir (source: sondage Challenges - Harris Interactive du 30 novembre 2021)

Un décrochage fulgurant

Longtemps donné en situation de se qualifier pour le second tour, l’éditorialiste n’apparaît plus en mesure de rivaliser , la candidate du Rassemblement national, qui creuse l’écart avec 19% à 20% des intentions de vote et s’impose comme la principale alternative à Emmanuel Macron. "Le décrochage d’Éric Zemmour est aussi fulgurant que son ascension à l’automne, et intervient au terme d’une succession de transgressions qui, du Bataclan au doigt d’honneur, ont fini par lasser son électorat", indique Jean-Daniel Lévy, directeur général délégué d’Harris Interactive. A cet effet d’accumulation, s’ajoute un climat de défiance médiatique. "C’est la fameuse règle médiatique des 'trois L: lécher, lâcher, lyncher', pointe Jean-Daniel Lévy. Éric Zemmour, au bout de quelques semaines de campagne, en est déjà au troisième L ."

Lâché de toutes parts

Surtout, au gré des polémiques et des incartades, le sulfureux polémiste a vu la liste de ses soutiens se rétrécir. Lâché par son financier, le millionnaire Charles Gave, il a vu Philippe de Villiers prendre ses distances et le maire de Béziers, Robert Ménard, qui l’avait reçu dans sa ville en octobre, se montrer plus critique. Jean-Marie Le Pen, lui, avait déjà rompu avec l’éditorialiste le 18 novembre, estimant qu’il "n’avait pas la stature physiqu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles