Marchés français ouverture 6 h 26 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 686,49
    +140,31 (+0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2171
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 391,26
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    26 467,74
    -502,34 (-1,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    649,36
    +2,04 (+0,31 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Eric Roy : "Le Brexit ne va pas dans le sens d'une économie plus florissante ni pour la Premier League, ni pour les clubs français"

Andréa La Perna
·1 min de lecture

Les instances du foot anglais ont officialisé de très prochaines restrictions sur le marché des transferts pour les clubs de Premier League, qui ne seront plus aussi libres qu'avant pour recruter des joueurs issus d'un championnat de l'Union européenne. Doit-on s'attendre à ce que ces restrictions bouleversent la stratégie globale des clubs anglais ?
Eric Roy
: "L'Angleterre était déjà plus protectionniste que les autres grands championnats européens. En France, une loi permet par exemple de faire venir un joueur africain à partir du moment où il est majeur. Outre-Manche, il y avait déjà un système basé sur le nombre de sélections et le pourcentage de matches joués avec son pays. Quand on a voulu recruter le jeune Brésilien Joao Pedro [à Watford], il a dû passer devant une commission mais il avait réussi à obtenir le feu vert des instances. Le Brexit ne devrait finalement que renforcer ce protectionnisme avec l'idée de favoriser les joueurs formés en Angleterre.

Forcément, il va poser des problèmes au championnat car si les grands joueurs étrangers se font plus rares, le niveau pourrait se dégrader, au même titre que l'image de marque du championnat. Peut-être qu'il y aura des répercussions sur les droits télé. Si aujourd'hui le...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi