Marchés français ouverture 7 h 8 min
  • Dow Jones

    33 823,45
    -210,22 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    14 161,35
    +121,67 (+0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    29 018,33
    -272,68 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 558,59
    +121,75 (+0,43 %)
     
  • BTC-EUR

    31 981,63
    -391,52 (-1,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    938,66
    -31,22 (-3,22 %)
     
  • S&P 500

    4 221,86
    -1,84 (-0,04 %)
     

Eric Ducournau, Pierre Fabre: "86% de nos dividendes versés au bénéfice du bien commun"

·2 min de lecture

Organisé par Challenges, le Sommet "Sauver le bien commun" aura lieu sous forme digitale les 27 et 28 mai. En avant-première, Eric Ducournau, directeur général de Pierre Fabre, nous livre sa conception du Bien commun.

Challenges - La crise a bien montré que la santé est le premier des biens communs. Quelles sont les grandes transformations que connaît l’innovation pharmaceutique?

Eric Ducournau - La première transformation est liée au progrès de la science et des technologies. La seconde tient à la place devenue centrale des patients. Ils sont aujourd'hui au cœur de nos processus d’innovation. Ainsi, le maintien d’une bonne qualité de vie du patient, pendant et après le traitement, devient un critère clé lors des essais cliniques.

Va-t-on vers une médecine davantage sur-mesure?

Confronté à la même maladie, chacun réagit différemment en fonction de ses caractéristiques physiologiques et de son profil génétique. Le traitement doit tenir compte de ces différences. Nous le voyons chez Pierre Fabre dans les thérapies contre le cancer. Contrairement aux chimiothérapies, les nouvelles thérapies s’attaquent à des caractéristiques spécifiques des cibles tumorales. C'est la double assurance que le traitement sera plus efficace et mieux toléré.

Quelle est la place de Pierre Fabre dans ces révolutions thérapeutiques?

Une Big pharma hésitera avant d’aller sur des indications thérapeutiques dont la taille du marché est inférieure au milliard d’euros. Si nous sommes capables d’identifier et d’innover sur les bonnes niches, alors Pierre Fabre trouvera toute sa place en oncologie. C'est ce que nous faisons depuis 2019 avec des traitements ciblés contre certaines mutations du mélanome et des cancers colorectaux ou du sein. Nous avons la même approche pour les maladies rares en dermatologie.

Le financement de l’innovation thérapeutique doit-il évoluer?

Il faudrait d’abord une agence européenne capable de donner des avis l’engageant à chaque étape du développement d’un médicament, à l’image de la FDA américaine qui endosse un vrai rôle de conseil à l’égard des laboratoires. Ensuite, pour amener rapidement un médicament sur le marché, il faut pouvoir mobiliser des financements importants. Via le BARD[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles