La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 602,99
    -244,80 (-1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Eramet se lance dans le recyclage de batteries en France

Adrien Daste

EXCLUSIF. Le groupe minier va construire en France, à Dunkerque, une usine de recyclage de batteries automobiles. Une première en Europe.

C’est une grande première en Europe ! Les batteries automobiles, dont on sait à quel point leur fin de vie reste problématique, vont pouvoir être recyclées à plus de 90%. C’est en tout cas la promesse du groupe minier Eramet, qui va construire à Dunkerque la première usine de recyclage européenne de batteries automobiles, baptisé ReLieVe. Ce site qui devrait être pleinement opérationnel en 2025 sera capable d’absorber 50.000 tonnes de modules par an, soit l’équivalent d’environ 200.000 batteries de voitures électriques chaque année. "Nous visons une part de marché de 10% dès 2030", confirme à Challenges Julien Masson, directeur de la stratégie du groupe Eramet. Pour ce projet, Eramet va bénéficier d’une subvention de 70 millions d’euros du fonds européen pour l’innovation destiné à soutenir le déploiement des technologies vertes innovantes bas carbone.

Eramet qui dispose d’un centre de R&D à Trappes (Yvelines) a mis au point un procédé de recyclage des batteries qui repose sur les mêmes technologies que celles utilisées pour raffiner des minerais primaires. La collecte des batteries sera pilotée par le groupe Suez avec qui Eramet a conclu un partenariat. Le processus commence par un démantèlement de la batterie afin de récupérer les "modules", la partie énergétique de la batterie qui contient des métaux. Ces derniers sont ensuite broyés puis trier par des méthodes de densité qui permet d’isoler les métaux les uns des autres. On obtient une poudre noire, la "black mass" qui est un composant riche en métaux et graphites contenant du nickel, du manganèse, du cobalt et du lithium. Par d’autres opérations chimiques complexes, cette poudre est dissoute dans des solutions afin de récupérer les sels de ces quatre matériaux stratégiques de qualité réexploitable. Lesquels peuvent être ainsi commercialisés à des producteurs de batteries.

Souveraineté industrielle

Trois opérateurs majeurs de batteries sont en train de construire leur usine dans les Hauts-de-France créant un vé[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi